L’Irlande face à ses maux de tête

  • Victime d’une nouvelle commotion cérébrale lors du premier test face aux Blacks, Jonathan Sexton devrait être sur pied ce samedi pour la deuxième rencontre.
    Victime d’une nouvelle commotion cérébrale lors du premier test face aux Blacks, Jonathan Sexton devrait être sur pied ce samedi pour la deuxième rencontre. Sportsfile / Icon Sport - Sportsfile / Icon Sport
Publié le

Une semaine après son revers cinglant face à la Nouvelle-Zélande, l’Irlande a mis le cap sur le deuxième test et compte monter d’un cran.

Paul O’Connell s’est arraché les cheveux. L’ancienne légende du XV du Trèfle, aujourd’hui entraîneur des avants irlandais, pestait contre des essais inscrits trop facilement par les All Blacks lors du premier test. « Ils ont marqué grâce à leur talent et une bonne ligne d’attaque. Mais on ne peut pas leur donner ceux que l’on encaisse sur turnover. C’est sûr qu’ils vont parfois nous ouvrir mais ces essais sont frustrants. On ne peut pas leur laisser ces opportunités », abondait l’ancien Munsterman.

Pour préparer la deuxième bataille face aux Néo-Zélandais (samedi, 9 h 05), les Verts doivent retrouver leur jeu. Celui qui a tant fait mal aux Blacks pendant la première demi-heure. Pour Mike Catt, l’entraîneur assistant, la clé du deuxième test sera la précision : « Cela a été le thème de la semaine à l’entraînement. Nous avons eu des opportunités. Nous avons certes marqué trois essais mais nous n’avons pas été assez précis. On doit monter d’un cran et capitaliser nos actions. » Pour être aussi chirurgical que le furent leurs adversaires, le staff compte sur la présence de Jonathan Sexton, malgré sa commotion.
 

Une titularisation qui pose question

Quelques minutes après la défaite de ses protégés, Andy Farrell a annoncé la couleur. « Johnny va bien. Il a passé avec succès le HIA 2 (le protocole d’évaluation des blessures à la tête) et doit maintenant passer le stade 3. Mais il est en bonne forme », se réjouissait le sélectionneur irlandais. Ce mardi, Mike Catt emboîtait le pas en affirmant que le maestro du Leinster « avait passé tous les tests » et qu’il pouvait jouer. Habitué malheureux des commotions, Sexton revêtira le numéro 10 à Dunedin et sera prêt au combat. À l’inverse, Sam Whitelock sera en tribunes au motif d’une commotion subie… lors du premier test. Même sentence pour Tom Curry victime lui aussi d’un choc à la tête face à l’Australie.

La polémique ne concerne pas les résultats des tests passés par Sexton, validés par les médecins, mais bien l’accumulation de commotions subies par l’ouvreur irlandais. Dans ce contexte tendu, où les Verts sont dans un besoin vital de leur chef d’orchestre, Tadhg Furlong est venu au front pour rassurer les observateurs. « La série est en jeu. Tout le monde tient bon. Il n’y a pas d’excuse à avoir sur la mentalité. Il y a quelques pépins dans l’équipe. Je pense que sur le plan de l’énergie et de la motivation, tout le monde est plutôt bon. »

De la motivation, il en faudra pour arracher une première victoire sur le sol néo-zélandais en quatorze rencontres et marquer l’histoire du Trèfle.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Clément Labonne.
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?