Test match - Dominés mais vainqueurs, les Bleus égalent un record !

  • Matthieu Jalibert et les Bleus ont vaincu difficilement au Japon.
    Matthieu Jalibert et les Bleus ont vaincu difficilement au Japon. Icon Sport
Publié le , mis à jour

Le XV de France a souffert mille morts, à Tokyo, pour venir à bout des Brave Blossoms. Mais un record a été égalé, au Japon !

Les faits sont là, incontournables et carrés : en battant les Japonais pour la deuxième fois d’affilée, le XV de France a remporté sa dixième victoire consécutive, égalé le record de 1937 et terminé sa saison invaincu. Le contenu de ce deuxième test, lui, reste en revanche bien plus problématique, tant les coéquipiers de Charles Ollivon, dominés pendant plus d’une heure, ont marché à côté de leurs pompes à Tokyo...

Le match ? Dès l’entame et à la sortie d’un bon maul pénétrant, Maxime Lucu écartait vers Virimi Vakatawa, lequel allongeait la passe au grand large pour Matthis Lebel ; le Toulousain gagnait son duel face à Gerhard van den Heever et marquait son deuxième essai en deux matchs.

Dans la foulée, les Japonais très motivés à l’idée de rendre hommage à leur ancien premier ministre, Shinzo Abe, assassiné la veille, réagissaient avec leur élégance habituelle et, à la suite d’un magnifique mouvement de trois-quarts et une passe sur un pas de Dyan Riley, l’arrière Ryohei Yamanaka aplatissait donc le plus bel essai de la tournée.

Jolmes n’était pas dans le coup 

Par rapport au match aller, le changement stratégique des Japonais sautait cette fois-ci aux yeux et à Tokyo, les gonzes de Jamie Joseph jouaient davantage « à l’européenne », suritilisant le jeu au pied long, faisant reculer le rideau défensif tricolore et consommant moins d’énergie qu’à Toyota, au fil d’une rencontre où, après avoir attaqué de partout en première période, ils avaient clairement sombré à partir de la cinquantième minute : au National Stadium et après une nouvelle faute défensive du jeune arrière tricolore Max Spring, enrhumé par une feinte de passe de Michaël Leitch, les Japonais marquaient même un nouvel essai, toujours par Ryohei Yamanaka.

Les Bleus ? Globalement apathiques, pris sur tous les impacts et maladroits balle en mains, ils marchaient alors à côté de leurs pompes, le deuxième-ligne Thomas Jolmes semblant même avoir toutes les peines du monde à soutenir le rythme d’un test match.

Galthié : « On a aété opportunistes » 

Profitant d’une succession de fautes nippones, les coéquipiers de Charles Ollivon parvenaient néanmoins contre le cours du jeu à combler l’écart au score par la botte de Maxime Lucu et Matthieu Jalibert. Mieux, dix minutes avant la fin du match, Baptiste Couilloud profitait même d’une bonne poussée de la mêlée bleue, perçait plein axe et aplatissait le deuxième essai français, qui redonnait l’avantage à la bande à Fabien Galthié (15-20).

Celle-ci devrait néanmoins retenir son souffle jusqu’au bout, les Japonais se voyant refuser l’essai de la gagne après que leur numéro 8 Tevita Tatafu ait relâché dans l’en-but tricoore un ballon d’une importance historique... Après la rencontre, le capitaine Ollivon déclarait : « Ce fut un match âpre, très dur et on doit beaucoup de respect à cette équipe japonaise, qui nous a poussé dans nos derniers retranchements ».

Ce à quoi Fabien Galthié ajoutait : « Les Japonais ont mené un rugby agressif mais notre banc, en deuxième période, nous a permis d’être plus virulents dans nos possessions. Au final, on a été opportunistes ». Pour ne pas dire un rien chanceux…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?