Test match - Matthis Lebel (France), une fin de saison en boulet de canon

  • L'ailier Matthis Lebel a réalisé une très bonne fin de saison.
    L'ailier Matthis Lebel a réalisé une très bonne fin de saison. Icon Sport
Publié le

Auteur du premier essai de la rencontre, l’ailier toulousain a été particulièrement remuant notamment lors du premier acte. Il a été un des rares Tricolores à faire des différences.

Il avait permis aux Bleus de reprendre l’avantage lors du premier test à Toyota, lançant parfaitement une deuxième mi-temps de folie. À Tokyo, il a parfaitement lancé le XV de France vers un nouveau succès en marquant dès la 9e minute sur une belle passe de Virimi Vakatawa. Matthis Lebel a donc inscrit son deuxième essai en deux matchs, laissant penser qu’il a réellement débuté son aventure en bleu lors de ce voyage au pays du soleil levant.

En effet, le Toulousain avait été particulièrement discret lors de sa première sélection face à la Géorgie en novembre avant de ne disputer qu’une petite minute du Tournoi des 6 Nations. Le sprinteur gersois avait besoin de se lancer. C’est maintenant chose faite, restant sur sa dynamique de la fin de saison avec son club où il avait retrouvé son efficacité après un début de saison poussif.

Matthis Lebel a connu cinq mois de disette entre septembre et février. Le doute aurait pu gagner l’ailier toulousain, mais il a préféré faire un bilan objectif de la situation pour y remédier : « Tout n’est pas à jeter sur mon début de saison, mais personnellement j’espérais mieux. Sur le plan individuel, ça ne répond pas aux attentes que je m’étais fixées. Il y a de la frustration. » Il a mangé son pain noir, préférant se concentrer sur le collectif plutôt que sur des statistiques individuelles.

Une fin d’année explosive

Longtemps, il a été contraint souvent d’effectuer un frustrant crochet intérieur en attendant l’ivresse de l’espace sur les extérieurs. Un espace qu’il a trouvé à Tokyo, déposant son adversaire sur son essai, mais aussi quelques minutes plus tard (21e) emportant son vis-à-vis dans une course rageuse mal récompensée au moment d’entrer dans les vingt-deux mètres adverses.

Alors certes, le Toulousain n’a pas tout fait bien, notamment sur son intervention après une percée de Max Spring, mais il a réalisé sa meilleure prestation avec le maillot tricolore (deux franchissements, trois défenseurs battus) et il a certainement été le Français le plus performant à Tokyo. L’enfant de Lombez-Samatan a achevé sa saison de la meilleure des façons, pour finalement terminer avec dix essais au compteur, dont huit lors des quatre derniers mois.

Il va donc pouvoir profiter des vacances avec le sentiment du devoir accompli, en ayant parfaitement pris le relais de l’habituel titulaire. « Le dialogue entre moi et les coachs de l’équipe de France a toujours été très clair, expliquait-t-il en préambule de cette tournée. À mon poste, il y a des joueurs en place et ceux-là ne sont pas n’importe qui. Des fois, on est évidemment frustré mais ce qui prime, c’est le collectif. Les états d’âme, il faut les laisser de côté. » Tout en sachant saisir les opportunités.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?