Test match - Un homme dans le match : et Couilloud prit le trou…

  • Le Lyonnais Baptiste Couilloud a inscrit l'essai de la victoire à Tokyo.
    Le Lyonnais Baptiste Couilloud a inscrit l'essai de la victoire à Tokyo. Icon Sport
Publié le

Entré en jeu en début de deuxième période et auteur d’un essai magnifique en fin de match, le demi de mêlée Baptiste Couilloud s’est montré particulièrement tranchant à Tokyo…

Baptiste Couilloud, auteur de l’essai libérateur de ce deuxième test, a incontestablement déverrouillé une situation que l’on pensait fort mal barrée, pour le XV de France. Lucide, il confiait après la rencontre, dans les couloirs du National Stadium de Tokyo : « On retient d’abord la performance des Japonais, qui ont été très intelligents d’un point de vue stratégique. Ils ont proposé un jeu complètement différent de celui de la semaine dernière ; on n’avait pas forcément anticipé ça et nous avons été clairement mis en difficulté : s’ils avaient gagné ce match, cela n’aurait pas été volé… »

À Tokyo, devant 58 000 supporters nippons, le XV de France est pour la première fois de la saison rentré aux vestiaires en étant mené au score et là-bas, les Bleus ont dû s’adapter à une situation qu’ils ne connaissaient guère. Samedi soir, le demi de mêlée du Lou poursuivait : « Ce sont des scenarii qu’on a moins l’habitude de traiter en équipe de France mais je pense que le staff s’y était néanmoins préparé. Pour parler régulièrement avec Karim Ghezal (l’entraîneur des avants tricolores, N.DL.R.), j’ai souvent entendu dans sa bouche : « Ce serait bien qu’on ait un jour à vivre cette situation. Il faudrait voir comment réagirait l’équipe, en étant menée ». Ici, les coachs ont su traiter le problème et sur le terrain, on a su répondre avec l’énergie nécessaire en seconde période ».

Au fil de ce deuxième test, Baptiste Couilloud n’eut ainsi de cesse de secouer un édifice quelque peu atone, accélérant le jeu derrière le paquet d’avants tricolore, jouant rapidement les pénalités à la main et marquant, en fin de match, l’essai de la libération pour la bande à Galthié. « Ce n’était pas prévu que je rentre aussi tôt dans le match, enchaînait-il face aux médias. Dans ce genre de rencontre, où le rythme était un peu haché, on avait néanmoins besoin d’un électrochoc et c’est ce que l’on a essayé de faire avec les autres finisseurs. Les pénalités jouées rapidement, ce sont des choses qui nous ont par exemple remis dans l’avancée ».

« J’ai pu m’exprimer »

Mais l’essai, alors ? « Ici, il faut surtout souligner l’incroyable double poussée en mêlée de nos avants. À ce moment-là, on avait décelé une opportunité à droite mais le temps que je ramasse le ballon, le numéro 9 japonais avait déjà fait le tour. L’option n’était plus si bonne que ça mais mon vis-à-vis défendait loin de la mêlée et la deuxième poussée de notre axe droit m’a alors ouvert l’espace ».

La vitesse de Baptiste Couilloud, meilleur marqueur du dernier Top 14 avec dix essais, fit ensuite la différence…

Dans les entrailles de ce stade construit peu avant les derniers jeux olympiques, il concluait ainsi : « Je suis satisfait de ma saison dans sa globalité : être couronné d’un titre même mineur avec mon club (le challenge européen, N.D.L.R.), c’est assez fort. Et faire partie de cette sélection, c’est un bel accomplissement parce que la concurrence y est rude. Sur ces deux matches au Japon, j’ai eu du temps de jeu, j’ai pu m’exprimer et à mes yeux, c’était important d’avoir cette opportunité-là. »

Couilloud, qui avait démarré la tournée comme la doublure de Maxime Lucu et le numéro 3 des demis de mêlée du XV de France, a donc marqué des points au Japon. Suffisamment pour lui faire décrocher une feuille de match en novembre ? Allez savoir…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?