Saga Aurillac - Hugo Bouyssou : "Il n’y a aucune raison de râler, juste à bosser"

  • Hugo Bouyssou, qui devrait partir comme le numéro 1 au poste de demi de mêlée à Aurillac, se montre ambitieux.
    Hugo Bouyssou, qui devrait partir comme le numéro 1 au poste de demi de mêlée à Aurillac, se montre ambitieux. Jean-Michel Peyral
Publié le

Meilleur marqueur d’essai d’Aurillac sur le dernier exercice, le natif du Périgord Hugo Bouyssou, fiable demi de mêlée, espère faire encore mieux.

Comment avez-vous jugé votre saison ?

C’est ma saison la plus aboutie en termes de temps de jeu, de nombre de feuilles de matchs et en termes de qualité aussi, forcément, puisque le staff m’a fait confiance sur le long terme, toute l’année. C’est une grande satisfaction. En même temps, pour moi, ce n’est que le début car c’est la première année où je suis vraiment titulaire. J’ai envie de poursuivre et capitaliser là-dessus.

C’était une surprise de s’affirmer comme vous l’avez fait ?

Cela fait longtemps que j’attends ça ! D’un autre côté, je me dis est-ce que je ne le mérite pas que depuis cette année ? Je ne sais pas vraiment. En tout cas, cela fait un moment que j’ai dans la tête de prouver ce dont je suis capable. Je pense l’avoir réussi l’an dernier. Je pars du principe que si nos performances sont indiscutables, on jouera. Et ce, quel que soit le statut de chacun, jeune, vieux, ancien, nouveau. Comme je ne jouais pas jusqu’alors, j’imaginais donc que j’avais plein de choses à améliorer, que je n’avais pas fait encore ce qu’il fallait. Donc il n’y avait aucune raison de râler, juste à bosser.

Meilleur marqueur d’essai du club, c’est cool ?

C’est plus anecdotique qu’autre chose. Huit essais, c’est un aspect sympa, mais je ne m’attarde pas trop dessus. En demi-de-mêlée, on marque des essais car on finit souvent des actions collectives.

Peut-être, mais c’est aussi des initiatives que l’on ne voyait pas avant ?

Je suis à un poste où l’on a énormément besoin de confiance. J’ai besoin qu’on me fasse confiance, qu’on me mette dans de bonnes dispositions. C’est ce qu’il s’est passé cette saison. J’ai senti que j’avais des responsabilités et que je pouvais m’imposer. Je me suis permis certainement plus de choses sur le terrain et cela a fonctionné. 9-10, ce sont des postes où l’on doit conduire le jeu, conduire l’équipe. À un moment donné, il faut savoir aussi avoir des initiatives personnelles pour scorer, terminer les actions.

Vous avez été très sollicité l’an dernier. Cela a été dur physiquement ?

Une saison à 27 feuilles de matchs, c’est nouveau pour moi. C’était la première fois, c’était aussi un peu la découverte de moi, comment allait réagir mon corps, mon mental… J’ai appris de cette année et c’est vrai qu’il y eu une période hivernale où ce n’est pas trop ma tasse de thé. Pourtant ça fait longtemps que je suis à Aurillac, mais j’ai toujours un peu de mal avec le ballon sous la neige. Je vais donc essayer de rectifier cela et pouvoir rester à un niveau constant cette année.

Vous n’étiez pas spécialement prévu pour être le titulaire l’an dernier. Cette fois, ce sera différent. Cela change-t-il la donne mentalement ?

Oui et non. Si je sais que j’ai prouvé des choses, je me dis qu’en même temps, les autres (Mikheil Alania, David Delarue) vont vouloir leur part du gâteau. Pour moi, je vois cela comme du positif car je ne pourrais pas me reposer sur mes lauriers et cela pousse à devoir constamment travailler, s’entraîner pour rester au top.

C’est sympa d’avoir les clés du camion ?

C’est motivant, c’est nouveau, c’est excitant. J’ai hâte de bien m’entraîner, débuter les matchs amicaux pour enclencher cette nouvelle année.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Marc Authié
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?