Coupe du monde : une première historique pour le Chili

  • Coupe du monde : une première historique pour le Chili Coupe du monde : une première historique pour le Chili
    Coupe du monde : une première historique pour le Chili World Rugby - World Rugby
Publié le

Grâce à sa victoire samedi soir aux Etats-Unis (31-29), le Chili s’est qualifié pour la première Coupe du monde de son histoire. Il est le dix-huitième pays connu à participer à l’édition 2023, sur vingt.

Quel exploit incroyable ! Les superlatifs manquent pour qualifier la performance réalisée par le Chili ce samedi sur la pelouse de l’Infinity Park, à Glendale. C’est dans le Colorado, sur le sol des Etats-Unis, que les Sud-Américains ont écrit l’une des plus belles pages de leur histoire rugbystique. Et pourtant, les hommes de Pablo Lemoine n’étaient clairement pas favoris face à leurs adversaires de ce barrage qualificatif pour la Coupe du monde 2023. Ils l’étaient d’autant moins qu’ils s’étaient inclinés lors du match aller, une semaine auparavant, dans la banlieue de Santiago. À domicile, les Condors n’avaient toutefois perdu que d’un tout petit point (21-22), ce qui leur laissait de nombreux espoirs avant les retrouvailles à Glendale.

Surtout, l’essai inscrit à la dernière minute dans la capitale chilienne s’est avéré absolument décisif puisqu’il avait permis à cette équipe de maintenir la pression sur ses adversaires. Il avait été marqué par Santiago Videla, alors positionné à l’arrière. Décidément, il peut être considéré comme le héros de l’équipe nationale puisque c’est encore lui, cette aligné à l’aile, qui a converti la pénalité de la gagne à la 75e minute samedi (31-29). Celle qui a offert aux siens de passer devant au score pour la première fois de la rencontre. Celle, surtout, qui - pour un petit point encore ! - va envoyer le Chili à la Coupe du monde pour la première fois de son histoire.

"We're going to the Rugby World Cup!"#RWC2023 | @chilerugby pic.twitter.com/VSj5rVXjYQ

— Rugby World Cup (@rugbyworldcup) July 16, 2022

Lui et ses partenaires seront au rendez-vous en France l’an prochain et se trouveront dans la poule D, avec l’Angleterre, l’Argentine, le Japon et les Samoa. Sacré programme. Mais l’essentiel est aujourd’hui ailleurs, tant la sensation est immense.

Coup de massue pour les États-Unis

Les États-Uniens croyaient pourtant avoir le match en mains, eux qui menaient déjà 19-0 à la demi-heure de jeu grâce à un doublé de Iosefo et un essai de MacGinty. Le scénario paraissait connu trop tôt… Mais c’était sans compter sur la formidable capacité de réaction des Chiliens qui inscrivaient deux essais avant la pause par le demi de mêlée Marcelo Torrealba et le centre Matías Garafulic. Le sélectionneur des Eagles, Gary Gold, avait prévenu ses troupes avant la rencontre : « L’équipe chilienne est formidable et a fait des pas de géant ces dernières années. » Avant d’ajouter : « Mais nous sommes préparés pour ce moment et nous sommes prêts. » Visiblement pas assez. Car si ses hommes ont toujours fait la course en tête, ils ont connu des relâchements coupables.

Les Chiliens de Clemente Saavedra retrouveront, notamment, leurs voisins argentins en phase de poule à l’automne 2023.
Les Chiliens de Clemente Saavedra retrouveront, notamment, leurs voisins argentins en phase de poule à l’automne 2023. DR

Ainsi, à l’essai de Taufete’e au retour des vestiaires, répondait directement l’inévitable Videla (auteur de seize points en tout). Puis, à la pénalité de MacGinty qui portait l’avantage à 29-21 en faveur des États-Unis juste avant l‘heure de jeu, c’est cette fois Dittus, le futur joueur de Périgueux (Nationale 2), qui répondait encore par un quatrième essai. Avant donc que Videla ne porte le coup de grâce dans les ultimes instants. Un coup de massue pour les États-Unis qui, après avoir obtenu l’organisation de la Coupe du monde 2031, entendaient monter clairement en puissance dans les années à venir. « Nous voulons participer à cette Coupe du monde, clamait le capitaine AJ MacGinty. Du point de vue des joueurs, c’est énorme, une expérience au sommet dans une carrière. Pour USA Rugby dans son ensemble, pour renforcer notre projet de jeu et poursuivre notre développement, il est important de garder notre place dans cette compétition. » Il existe encore une chance, et cela passera par un dernier tournoi de repêchage mais la déception est immense.

Lemoine : « Les joueurs ont cru en un projet »

Pour le rugby chilien au contraire, c’est le jour de gloire. Un aboutissement qui vient prouver combien il est en pleine progression. « Pour la Fédération, c’est très important, pour les joueurs aussi qui ont cru en un projet très difficile, se félicite Lemoine. Nous avons su dépasser le simple objectif de la Coupe du monde, nous avons pensé à la croissance du rugby chilien dans son ensemble. Cette qualification prouve que nous sommes sur la bonne voie. La Coupe du monde, c’est une conséquence de ce que nous avons accompli. » Et quelle conséquence ! C’est également un joli clin d’œil du destin. Jusque-là, il y avait toujours un représentant d’Amérique du Nord à la Coupe du monde. Cette fois, ce pourrait ne pas être le cas… Et cela trouve en partie sa source dans la dernière élection de World Rugby.

\ud83c\udf89 Comme quoi, il n'y a pas qu'à @MHR_officiel qu'on sait faire la fête https://t.co/LHs0uU4hup

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) July 17, 2022

L’Amérique du Nord, justement, a voté majoritairement pour Bill Beaumont contre Agustin Pichot. En représailles, le président de la Confédération sud-américaine, Sebastián Piñeyru, a réclamé une modification des modes de qualification, persuadé que les nations qu’il représente étaient meilleures que les Nordistes. Les résultats lui donnent raison puisque, outre l’Argentine, l’Uruguay et le Chili ont validé leur billet pour le Mondial 2023. Alors que le Canada est resté à quai et que les Etats-Unis devront encore batailler.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?