Coupe du monde : le Portugal veut y croire

  • Les Portugaias de Manuel Cardoso Pinto ont terminé leur tournée d’été par une courte défaite en Géorgie.
    Les Portugaias de Manuel Cardoso Pinto ont terminé leur tournée d’été par une courte défaite en Géorgie. Icon Sport - Baptiste Fernandez
Publié le

Repêché pour le tournoi de la dernière chance qui attribuera l’ultime sésame, le Portugal peut espérer se qualifier.

Le Portugal avait tout fait pour rêver, s’offrant une finale à Madrid face à l’Espagne lors du Rugby Europe Championship après deux ans de compétition. Les joueurs de Patrice Lagisquet s’étaient inclinés de cinq petits points, oubliant leur rêve de voir la France en 2023 après une magnifique campagne 2022, avec notamment un match nul obtenu sur le terrain de l’invincible Géorgie et une courte défaite en Roumanie, l’autre grand favori pour obtenir une place au Mondial. Le malheur des Espagnols a ravivé les rêves les plus fous au Portugal puisque la sélection guidée par Patrice Lagisquet se retrouve qualifiée pour le tournoi de repêchage. Une nouvelle chance qui a permis au groupe lusitanien de ne pas perdre la dynamique enclenchée depuis deux saisons. Et les matchs de la tournée d’été viennent confirmer que cette sélection est en pleine progression et qu’elle peut légitimement penser décrocher le dernier sésame.

Trois courtes défaites cet été

En effet, Os Lobos, qui n’ont plus participé à la Coupe du monde depuis 2007, ont fait mieux que tenir tête à l’Italie à Lisbonne le 25 juin. Si les pensionnaires du Tournoi des 6 Nations devaient composer sans Paolo Garbisi et Monty Ioane, le Portugal menait à la pause (17-10) avant de s’incliner en toute fin de rencontre (38-31). "C’est toujours la même chose ! On a montré qu’on savait faire du bon rugby mais à chaque fois, on commet des fautes stupides, on offre le ballon et ils mettent en place des mauls et marquent. Nous devons changer cela", avait alors déclaré Patrice Lagisquet conscient que sa formation avait frôlé un exceptionnel exploit.

La deuxième rencontre face à l’équipe bis d’Argentine, a encore démontré que les coéquipiers de Samuel Marques, le demi de mêlée de Carcassonne parti avec les Barbarians aux États-Unis entre ces deux rendez-vous, se rapprochaient à grand pas des meilleures nations puisque Portugais et Argentins se retrouvaient dos à dos à l’heure de jeu (35-35) avant une accélération fatale des Sud-Américains dans les dix dernières minutes (deux essais transformés et une pénalité). Et ce samedi, les Vert et Rouge ont chuté de peu en Géorgie (23-14) en toute fin de match.

Mais les Portugais, tombeurs du Canada en novembre dernier et dont la province des Lusitanos (aussi entraînée par Lagisquet) s’est hissée en finale de la Super Cup (troisième Coupe d’Europe), auront des arguments à faire valoir en novembre dans un tournoi où ils retrouveront le Kenya, les Etats-Unis et le perdant de Tonga -Hong Kong (samedi 23 juillet).

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?