Pont-du-Château, le petit club qui monte

  • Demi-finalistes de Ligue, les Castelpontins ont atteint les 8e de finale du championnat de France.
    Demi-finalistes de Ligue, les Castelpontins ont atteint les 8e de finale du championnat de France. RCC
Publié le

Régionale 1 - Le RCC espère pouvoir garder ses jeunes pousses grâce à sa promotion. Et il mise sur un staff de passionnés, renforcé par Neil Mcilroy, qui vient en voisin, pour passer un cap.

Pour sa première année comme seul président, Jérôme Isoard, a connu une saison faste : titre de champion du secteur Auvergne en Promotion Honneur, accession en Honneur-ou plutôt en Régionale 1- et un huitième de finale en championnat de France, meilleur parcours du club sur le plan national ! « Cela ne tient pas qu’à moi, en sourit le dirigeant. Nous avons une bonne équipe pour encadrer les seniors : Jérôme Steffen et Sébastien Lopes. Ils sont passionnés. Ils ont permis au groupe de bien marcher, d’être très soudé. Et le club a fait tout ce qu’il fallait pour que ça fonctionne. »

De leur côté, les coachs connaissaient la route pour les phases finales. Avant d’arriver à Pont-du-Château, en 2019 pour Jérôme Steffen, lors de la dernière intersaison pour Sébastien Lopes, ils avaient décroché plusieurs boucliers en Série, avec Malintrat. Finalistes trois fois successivement en Quatrième, Troisième et Deuxième Série, pour deux titres, ils avaient finalement mis la clef sous la porte, faute de satisfaire aux obligations en matière d’école de rugby. Ils ont ensuite rejoint Pont-du-Château, déjà en Promotion Honneur. Beaucoup de joueurs les ont accompagnés. « Cela demande beaucoup plus d’investissements et certains sont repartis, rappelle Jérôme Steffen. D’autres se sont beaucoup investis. » Et ils se sont imposés, à l’image de Junior Pagbe, un pilier sénégalais, ancien gardien de but, maître ès-plaquages. « Il a cinq ans de rugby et a disputé trois finales… Nous avons de la chance ! »

 

Une poule ouverte

 

Et un peu de savoir-faire. Après deux saisons tronquées, l’équipe repartait quasiment de nouveau, l’équipe a su créer un groupe et n’est finalement pas passé loin du titre Aura. Battu en demi-finale par le futur champion Meximieux-Dagneux, Pont-du-Château a cédé dans la dernière minute de la prolongation, encaissant un essai assassin (32-38). « Les gamins se sont envoyés comme des fous », admire Jérôme Isoard, qui a longtemps officié sur le banc. « En terme d’intensité, c’est le plus gros match que j’ai vu au club. »

Avec la promotion des deux ogres, Clermont UC-Aubière et Mauriac, la poule de Régionale 1 du secteur devrait être assez ouverte. Souvent pillé par ses voisins évoluant en Fédérale, Pont-du-Chateau espère que la montée en gamme lui permettra de garder ses jeunes talents et de voir l’avenir en rose. Complet et seul dans toutes les catégories, féminines comprises, les Castels-Pontins ne se refusent rien. « Si nous continuons avec ce groupe, qui a pris de l’expérience, nous pouvons viser la qualification. » D’autant qu’un sacré paquet d’expériences arrive au bord du terrain… L’ancien clermontois, Neil McIlroy, va venir en voisin donner un coup de main au staff et aux joueurs. Un atout de poids en plus pour le club.

 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien Fiatte
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?