Top 14 - Retour aux fondements brivistes

  • Avec le plus petit budget le CAB va s’aligner sur la ligne de départ du Top 14 pour la cinquième saison consécutive. Les entraînements ont été repris tôt pour permettre au staff de Jeremy Davidson de mettre les choses dans l’ordre et d’être plus efficaces dès le début du championnat.
    Avec le plus petit budget le CAB va s’aligner sur la ligne de départ du Top 14 pour la cinquième saison consécutive. Les entraînements ont été repris tôt pour permettre au staff de Jeremy Davidson de mettre les choses dans l’ordre et d’être plus efficaces dès le début du championnat. Photos Diarmid Courrèges
Publié le

Après un maintien arraché lors de la dernière journée du précédent exercice, le CA Brive espère avoir tiré les leçons de cette expérience pour continuer à exister dans un top 14 toujours plus exigeant.

Le soulagement du maintien en Top 14 a vite été éclipsé. Brive n’a pas le luxe de gaspiller du temps, car comme le dit l’adage, c’est de l’argent. Le CAB en a peu par rapport à ses concurrents puisqu’il va s’aligner sur la ligne de départ avec le plus petit budget, alors il convient de ne jamais se reposer sur ses acquis, bien au contraire, pour le directeur général du club Xavier Ric : "Nous, les dirigeants, étions déçus de la saison écoulée, car on pense que l’on aurait dû mieux faire." Le bilan fait dès le lendemain de la dernière victoire à Paris, tout le club s’est donc tourné vers la nouvelle saison, la cinquième consécutive en Top 14 depuis le retour du CAB au plus haut niveau.

"On a un modèle qui permet de maintenir le club. Notre culture est de faire beaucoup avec peu, à l’image de notre équipe support, qui est assez réduite avec moins de vingt personnes. Mais nos collaborateurs sont super engagés, impliqués, et vivent CAB en permanence. Tout le monde doit avoir cette culture de faire beaucoup avec peu, d’être plus malins, plus créatifs. En étoffant le staff sportif, en cherchant des compétences additionnelles, cela va nous permettre de faire progresser nos joueurs qui sont souvent jeunes mais avec un potentiel certain. Les arrivées de Philippe Carbonneau et de Didier Faugeron vont aussi amener un nouveau discours et on sait que sur des saisons qui sont très longues, il est important d’avoir plusieurs personnes pour porter un même discours mais avec des manières différentes de le présenter. La saison dernière nous sommes peut-être tombés dans une routine et peut-être même dans un certain confort, avec le nouveau centre de performance. Nous avons perdu un peu notre état d’esprit du petit qui se bat contre les gros."

Un triptyque Davisdon-Faugeron-Bonnet

Brive doit retrouver son âme et les dirigeants mettent tout en œuvre pour que la culture du club traverse les générations. Après le retour d’Arnaud Mela dans le staff technique la saison dernière, c’est au tour de Philippe Carbonneau de retrouver les pros, alors que Didier Faugeron est de retour chez lui dans un rôle transversal. "Ce sont des personnes qui ont la culture cabiste, poursuit Xavier Ric. Didier a passé trente-deux saisons au club. Le staff technique a souvent la tête dans le guidon, avec des périodes de dix journées de Top 14 sans relâche, surtout que nous avons un staff un peu réduit. C’est donc intéressant d’avoir quelqu’un avec un peu de recul qui va pouvoir avoir un autre regard. Didier va aussi travailler sur le recrutement pour mieux l’anticiper et être plus précis dans le plan de succession. C’est maintenant un poste qui existe dans tous les clubs. On le voit avec Robert Mohr à La Rochelle, Yannick Nyanga au Racing 92 ou Didier Retière à Clermont pour ne citer qu’eux. On souhaite de notre côté avoir un triptyque fort entre Jeremy Davidson, le manager de l’équipe première, Didier Faugeron, le coordinateur sportif, et Sébastien Bonnet le directeur du centre de formation."

Un nouvel organigramme qui a séduit le manager Jeremy Davidson : "Il est capital dans un club comme Brive d’utiliser toutes les compétences présentes. Nous avons besoin de monde pour casser la routine, pour changer les mots des entraîneurs, pour donner de l’énergie et de la fraîcheur. Nous avons le plus petit budget donc il faut arriver à donner de la plus-value à nos joueurs. La saison dernière, nous avons connu un petit coup de mou et la fin a été difficile. Il faut utiliser ce pas en arrière pour rebondir, repartir de l’avant et être plus ambitieux. Nous avons mis en place un plan d’action pour améliorer les secteurs ou nous avons été défaillants et nous avons repris l’entraînement tôt pour mettre les choses dans l’ordre et être plus efficaces. "

Car la saison à venir s’annonce encore plus dure que la précédente. Avec un seul club arrivant du Pro D2, la lutte pour le maintien devrait être encore plus acharnée. "C’est certain, reconnaît Xavier Ric, Mais nous avons des arguments. Nous avons réduit notre effectif avec la volonté de chercher des joueurs avec un potentiel supérieur car beaucoup de ceux qui sont partis ne jouaient quasiment jamais. On a une profondeur avec le centre de formation où nous sommes montés à trente éléments identifiés à fort potentiel. Autant avoir des jeunes issus de notre formation en complément plutôt que des joueurs pros qui ne jouent pas. L’objectif sportif est simple : faire mieux que l’année dernière, en accrochant le maintien le plus tôt possible. " Le véritable luxe des petits.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?