Saga Grenoble : 40 % de l’effectif issu de la formation

  • Karim Qadiri sera l'un des hommes de base du staff grenoblois cette saison.
    Karim Qadiri sera l'un des hommes de base du staff grenoblois cette saison. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Arrières > Si le départ d’Ange Capuozzo s’annonce forcément difficile à combler en termes de talent pur, on ne peut reprocher au staff isérois de ne pas avoir cherché à l’anticiper en enrôlant comme joker médical la saison dernière le catalan Julien Farnoux. Valeur sûre de la division, doté d’un bon sens du placement et d’un long jeu au pied, il sera sur le papier le titulaire du poste. Pour le seconder, le jeune Hugo Trouilloud a été intégré à la préparation tandis que Nicolas Nadau sait aussi pouvoir compter sur l’ouvreur de formation Corentin Glénat, qui a accumulé une vingtaine de titularisations à ce poste ces deux dernières saisons.

Ailiers > Doté d’un sens aigu de la finition au point de terminer meilleur marqueur du club la saison dernière, Karim Qadiri partira avec les faveurs du staff pour démarrer la saison. De l’autre côté, c’est Lucas Dupont qui tient la corde après avoir terminé la mission sauvetage du club dans le rôle de capitaine, d’autant que l’ancien Toulonnais Erwan Dridi s’est blessé à un genou durant la préparation et manquera le début de saison (la durée de son indisponibilité n’est pas encore connue). Une aubaine pour le jeune Tom Sposito, toujours en embuscade en quête de temps de jeu, ainsi que pour Wilfried Hulleu dont le staff espère l’éclosion cette saison. En cas de pépin, Atu Manu a également dépanné avec succès l’an dernier.

Centres > Les rôles semblent plutôt bien répartis sur le papier, avec deux joueurs du style « puncheur » pour occuper le poste de second centre, et deux autres susceptibles d’évoluer dans un registre de cinq-huitième. Dans ce rôle, ce sont ainsi Bautista Ezcurra et la recrue venue des London Irish Terrence Hepetema qui se partageront le temps de jeu, tandis que Romain Fusier (blessé en deuxième partie de saison dernière) et Atu Manu se disputeront le numéro 13, le premier misant sur sa défense quand le second voudra mettre en avant ses qualités de manieur de ballon. Mais il faudra aussi compter sur le jeune Loris Prin arrivé de Dijon (Nationale) et sur Jules Escoffier, qui ont été intégrés à la préparation et souhaiteront grappiller du temps de jeu.

Ouvreurs > Titulaire durant la majeure partie de la saison dernière, Romain Barthélémy a soufflé le chaud et le froid, alternant les sorties convaincantes avec des matchs plus insipides, dans la conduite du jeu comme dans la réussite au pied. Une irrégularité qu’il s’agira de gommer sous peine de voir Thomas Fortunel lui souffler la politesse, après avoir été perturbé la saison dernière par une série de commotions. À moins que Corentin Glénat parvienne enfin à enchaîner à son poste de formation, après avoir le plus souvent évolué à l’arrière l’an dernier… Ce trio a été complété durant la préparation par le jeune Max Clément, issu comme Enzo Camilleri de la formation de Vif-Monestier, au gabarit encore fluet mais très doué techniquement.

Demi de mêlée > Arrivé en cours de saison dernière, le Puma Felipe Ezcurra s’est immédiatement installé dans le costume du titulaire, ses régulières erreurs stratégiques pesant finalement bien peu en regard à sa capacité à animer et dynamiser le jeu. Son remplaçant naturel semble évidemment Eric Escande, susceptible de par son expérience de gérer au mieux les fins de match brûlantes. Comme en fin de saison dernière, le jeune Florian Zupan occupera le poste de numéro 3 que cherchera à lui chiper le jeune héraultais Kelian Boissier.
Numéros 8 > Arrivé hors de forme la saison dernière, Pio Muarua a mis plusieurs mois avant de faire ses preuves et devra débuter sa saison sur un autre rythme. Pour le concurrencer et le titiller, le staff pourra bien évidemment compter sur l’international tonguien Tanginoa Halaifonua, peut-être le plus polyvalent et impactant de ses avants. Mais surtout sur l’expérimenté australien Talalelei Gray qui, fort de ses dix ans d’expérience en Top 14, constituera un renfort de poids pour le pack alpin.

Troisième ligne aile > On prend les mêmes et on recommence. Comme la saison dernière, les numéros 6 et 7 se partageront entre les « aériens » Steeve Blanc-Mappaz et Clément Ancely, dont le leadership n’est plus à démontrer, les plus « terriens » Marnus Schoeman et Antonin Berruyer, et bien sûr le polyvalent guerrier Thibaut Martel, également susceptible de couvrir le numéro 8 en cas de pépin. Attention toutefois à l’émergence des plus jeunes, à commencer par le longiligne et très intéressant Victor Guillaumond ou le jeune italien Marko Gazzotti, beau bébé de 110 kg intégré à la préparation.

Deuxième ligne > Il s’agit du poste où le FCG semble le moins fourni, du moins en quantité, depuis le départ de Jan Uys pour les Zebre. Car si Halaifonua a démontré l’an dernier qu’il pouvait faire bien plus que dépanner, il ne subsiste sur le papier que quatre joueurs : les « tracteurs » Levi Douglas et Adrien Vigne pour porter le ballon et caler l’axe droit de la mêlée ; et les plus mobiles Thomas Lainault et José Madeira pour assurer la conquête aérienne et le combat au sol.

Piliers > Au poste si sensible de pilier droit, le FCG a choisi de densifier son effectif puisque pas moins de cinq joueurs sont en mesure de postuler. Deux recrues, d’abord, à savoir l’Anglais Sam Nixon (qui a fait des merveilles voilà deux ans du côté de Bayonne) et l’international suisse venu de Vienne Vincent Vial. Mais aussi trois « anciens », Tomakino Taufa, Régis Montagne et Irakli Aptsiauri, dont l’alternance sera cruciale pour offrir à l’équipe la tenue de mêlée dont elle a besoin. Au poste de pilier gauche en revanche, pas de nouveau venu : le massif Eli Eglaine (dont on espère qu’il sera enfin débarrassé des petits pépins physiques qui le freinent) et les mobiles et toniques Zurab Zhvania, Zack Gauthier et Luka Goginava se retrouveront en concurrence une saison de plus pour le poste de numéro un des numéros un.

Talonneurs > Poste décimé par les blessures l’an dernier, le talonnage n’a jamais paru aussi fourni que cette saison, grâce à l’éclosion de jeunes joueurs qui ont tous donné satisfaction. Certes, Jean-Charles Orioli fait figure d’incontournable titulaire en début de saison, au nom de son incomparable expérience et d’une certaine fraîcheur puisqu’il revient d’une saison quasiment blanche, après sa rupture du tendon d’Achille. Reste que les jeunes Mathis Sarragallet et Yanis Gimenez ont démontré qu’ils pouvaient être beaucoup mieux que des alternatives, tout comme le tonique Enzo Camilleri ou le travailleur Lilian Rossi, revenu plein de motivation de son prêt à Vannes. Le jeune international U18 Barnabé Massa a été quant à lui intégré à la préparation et restera à l’affut de la moindre opportunité, ainsi que Pierre Strippoli, déjà aperçu en fin de saison.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?