Coupe du monde 2023 : Face au Tonga, Hong Kong veut écrire son histoire

  • Hong Kong a déjà disputé le tournoi final de repêchages il y a quatre ans. Mais aujourd’hui, les Dragons veulent viser plus haut. Hong Kong a déjà disputé le tournoi final de repêchages il y a quatre ans. Mais aujourd’hui, les Dragons veulent viser plus haut.
    Hong Kong a déjà disputé le tournoi final de repêchages il y a quatre ans. Mais aujourd’hui, les Dragons veulent viser plus haut. Photo Edmond So
Publié le

Vainqueurs de la Corée du Sud, les joueurs de la sélection hongkongaise vont affronter samedi le Tonga, en Australie. Un succès leur permettrait de disputer le premier mondial de leur histoire.

Une Coupe du monde, cela se mérite. Et cela demande un sacré tour de force quand on n’est qu’une petite nation du rugby mondial, comme l’est la sélection de Hong Kong. Actuels 21e du classement World Rugby, les Dragons ont une première chance de décrocher une qualification au prestigieux évènement dès ce samedi matin (9 h 30) à Kawana Waters (Australie). Mais pour cela, il faudra vaincre le Tonga (16e), pour obtenir une place dans la poule B, aux côtés des Springboks, champions en titre, de l’Irlande, de l’Ecosse et de la Roumanie.

Même en cas de défaite, il restera encore un espoir de qualification puisque le perdant participera au tournoi de repêchages, en novembre, avec le Portugal, les Etats-Unis et le Kenya. Le gagnant fera partie de la poule C (avec Galles, Australie, Fidji et Géorgie). « Il y a dix jours, on affrontait de très bons septistes coréens et maintenant, place à Malakai Fekitoa, Israel Folau et Charles Piutau, se projette le sélectionneur de Hong Kong, Lewis Evans. C’est un sérieux pas en avant ! Ce sont quelques-uns des joueurs les plus célèbres au monde mais c’est un défi passionnant. Notre équipe est tellement excitée après un long parcours pour en arriver là et c’est presque surréaliste que nous puissions être en France l’année prochaine. »

Le Tonga au plus mal

Les Hongkongais ont acquis ce privilège de haute lutte. Le 9 juillet, à Incheon (ville portuaire située au sud de Séoul), ils se sont imposés de justesse sur les terres de Sud-Coréens (23-21), grâce à une pénalité de dernière minute de leur ailier remplaçant Gregor McNeish obtenue sur un maul effondré. Les Dragons avaient pourtant mieux démarré la rencontre que les Tigres car ils menaient 15-0 à la pause malgré une infériorité numérique subie dès la première minute (carton rouge pour l’ailier Charlie Higson-Smith).

Le retour des Coréens en deuxième période n’y a rien fait : les Hongkongais ont remporté le titre asiatique pour la troisième fois consécutive après leurs succès en 2018 et 2019. « Ce fut loin d’être parfait en Corée mais c’était la première fois que mes gars jouaient depuis des mois », se justifie Lewis Evans.
En tant que meilleure formation asiatique, les représentants de l’ancienne colonie britannique ont donc une chance contre le Tonga qui, malgré leur statut supérieur et les récents renforts de Fekitoa et Folau, a terminé la dernière Pacific Nations Cup sans remporter la moindre victoire (compétition remportée par les Samoa). Ils ont terminé leur parcours la semaine dernière par une large défaite contre l’Australie A (39-22). Alors, Hong Kong sera-t-il la nouvelle surprise du Mondial 2023 après le Chili ?

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?