Pro D2 - Aurillac, la montagne ça vous gagne

  • Comme à leur habitude, après trois semaines d’entraînement, les Aurillacois se sont retrouvés dans le Cantal pour un stage mêlant préparation physique et cohésion. Comme à leur habitude, après trois semaines d’entraînement, les Aurillacois se sont retrouvés dans le Cantal pour un stage mêlant préparation physique et cohésion.
    Comme à leur habitude, après trois semaines d’entraînement, les Aurillacois se sont retrouvés dans le Cantal pour un stage mêlant préparation physique et cohésion. Photo Stade aurillacois
Publié le

Le Stade aurillacois s’est déplacé en altitude cette semaine, pour parfaire sa préparation en vue de la saison prochaine. Un stage important pour le physique, mais aussi pour la cohésion alors que de jeunes pousses intègrent le groupe.

Comme les coureurs du Tour de France ont l’habitude de gravir les cols des Alpes et des Pyrénées, les joueurs d’Aurillac ont pris celle d’arpenter les hauteurs cantaliennes. Depuis trois ans maintenant, les Aurillacois se donnent rendez-vous dans leurs monts pour un stage qui mêle préparation physique et cohésion. Forcément, faire 48 km en deux jours, le tout accompagné de défis physiques, après trois semaines d’une préparation déjà éreintante, ça crée des liens. "Je l’ai instauré pour faire comme un team building", confirmait justement Sébastien Delpirou, le préparateur physique du club.

Lui connaît bien les avantages qu’ont les Cantaliens à se déplacer à seulement quelques encablures du centre-ville d’Aurillac, pour ce stage de haute intensité : "On le fait dans le Cantal parce que, petit à petit, on arrive à avoir des partenariats avec les différentes mairies qui entourent Aurillac. On a un site exceptionnel et ça permet aux nouveaux de connaître la région dans laquelle ils vont jouer."

Des jeunes renforts

Parlons des nouveaux, d’ailleurs. En cette intersaison, le Stade aurillacois n’accueille que très peu de recrues, mais compte s’appuyer sur l’ascension de ses espoirs. Champions de France en titre l’an dernier, terrassant au passage les grands noms du Top 14, les jeunes Cantaliens auront définitivement leur mot à dire la saison prochaine. "On en a intégré sept. Il y a en plus Enzo Kiteau qui vient de l’ASM et l’Irlandais Eoghan Masterson, comptait Delpirou. Ça a été une priorité d’expliquer à ces espoirs que financièrement, ça avait été compliqué. On s’est battu pour garder 90 % de l’effectif en place. Comme on a une seule recrue et deux prêts, on leur a dit que la petite dizaine qui va tourner avec nous aurait potentiellement l’occasion de jouer avec l’équipe première. Ce sont des gamins de 19 à 22 ans, plein d’envie. Je les ai trouvés très ouverts, pas trop introvertis par rapport aux pros. Ils savent que travailler avec des pros, c’est une opportunité énorme."

Plein d’envie, ces jeunes ont, à l’instar de leurs nouveaux coéquipiers, tout de même été ravi de retrouver leur lit ce mercredi soir, après les deux jours intenses de randonnées en montagne. Tout le groupe Aurillacois, épuisé physiquement, a désormais un long week-end de repos et ne reprendra l’entraînement que le lundi 25. Quelques jours après, les hommes de Roméo Gontinéac ouvriront la saison des matchs amicaux avec une réception de Massy, le 29 juillet. "C’est aussi pour cela qu’on a repris assez tôt, lançait Delpirou. On voulait tout caler avec un mois de préparation, jusqu’à ce stage d’ultra-fatigue. À partir de lundi, on bascule dans une semaine type de match. On n’a pas toujours fait ça, mais ça permet d’être directement dans le cadre de travail."

Le promu Massicois, dirigé par l’ancien Aurillacois Julien Maréchal, sera à ce moment-là en stage dans les parages, ce qui explique la date avancée. Après ce premier match, c’est contre Nevers qu’Aurillac disputera un deuxième match amical (5 août), avant une dernière rencontre face à Mont-de-Marsan (12 août), avec un groupe plus resserré. Une semaine de vacances s’offrira enfin aux joueurs mi-août, avant de partir sur une "semaine cadre" pour le premier match de Pro D2. La saison est bien lancée.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Yanis GUILLOU
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?