Top 14 - Le Racing nouveau s’est entraîné

  • Comme bon nombre de ses coéquipiers, Fabien Sanconnie était de retour à l’entraînement cette semaine, après deux saisons galères faites de blessures.
    Comme bon nombre de ses coéquipiers, Fabien Sanconnie était de retour à l’entraînement cette semaine, après deux saisons galères faites de blessures. Icon Sport
Publié le

C’est un effectif largement renouvelé et un staff remodelé aux entournures qui s’est retrouvé cette semaine, dans les Hauts-de-Seine…

C’est donc ce mercredi que les Racingmen, battus en quarts de finale du dernier championnat et éliminés en demi-finales de la Champions Cup, ont repris l’entraînement au Plessis-Robinson. Les premières journées de travail ont permis aux Franciliens déjà en place de découvrir les nombreux nouveaux visages d’un effectif rafraîchi, à commencer par l’arrivée de l’international Cameron Woki. Celui-ci, arraché à prix d’or à l’Union Bordeaux-Bègles et originaire de Seine-Saint-Denis, revient donc sur la terre l’ayant vu naître et grandir ; il se rapproche aussi, et surtout, de sa petite amie Alizée Priso, une mannequin en vogue et que ses obligations professionnelles retiennent le plus souvent dans la capitale.

Ce n’est pas tout : afin de consolider sa place dans le groupe France en vue de la prochaine Coupe du monde, lui que l’on considère à juste titre comme l’un des meilleurs tricolores de la saison passée a décidé de se fixer au poste de deuxième ligne et à l’aune de la saison 2022-2023, son souhait correspond aux desiderata de Laurent Travers, le patron sportif du Racing 92. "De ce que je comprends, expliquait récemment Jacky Lorenzetti à nos confrères de RMC Sports, Laurent Travers a en effet l’intention de le faire jouer en deuxième ligne et le joueur est d’accord avec ceci. De nombreux joueurs étant en fin de contrat prochainement (Wenceslas Lauret, Finn Russell ou Teddy Iribaren partiront à la fin de la saison quand Juan Imhoff, Henry Chavancy, Eddy Ben Arous et Bernard Le Roux arrêteront probablement au printemps 2024, N.D.L.R.), on avait besoin de préparer le futur. À 24 ans, Cameron incarne l’avenir du Racing."

Il y a donc, dans l’arrivée de Woki en banlieue parisienne, la volonté de muscler un paquet d’avants manquant encore de puissance et celle, tout aussi majuscule, d’inscrire le club sur le long terme, d’envoyer un signal fort aux autres entités du Top 14 et convaincre ceux qui seraient encore indécis de rejoindre le 92. "Le recrutement n’est jamais terminé", nous disait d’ailleurs récemment Jacky Lorenzetti et ici, on doit probablement comprendre que Damian Penaud, à qui il reste une saison à honorer du côté de l’Auvergne, doit considérer l’arrivée dans le 92 de Cameron Woki comme une autre raison de céder aux sirènes ciel et blanches…

Neuf internationaux manquent à l’appel

Au centre d’entraînement du Plessis-Robinson, les joueurs ont aussi pu faire connaissance avec Rory Teague, successeur de l’Irlandais Mike Prendergast (parti au Munster) et nouveau chef d’attaque du club francilien. Par ailleurs, les deux grands blessés du Racing, deux hommes ayant tant manqué l’an passé, en ont fini avec leurs galères respectives et s’entraînent aujourd’hui normalement. Fabien Sanconnie, qui sort de deux saisons blanches après de graves blessures à un genou, tentera de reprendre d’ici peu la place qui était la sienne à l’hiver 2020 dans le paquet d’avants ; à l’époque, "Sanco", fort en touche et redoutable à l’impact, semblait même au faîte de sa carrière. Dès lors, combien de temps lui faudra-t-il pour redevenir ce numéro 8 là ? Quant à Teddy Iribaren, plombé par la fatalité depuis la finale de la Coupe d’Europe perdue face à Exeter en octobre 2020, il est aujourd’hui en concurrence avec la bombe Nolann Le Garrec mais reste à nos yeux cet accélérateur de particules et ce leader de vestiaires qui peut contribuer à durcir le cuir d’une équipe souvent trop tendre…

En revanche, Travers et son staff devront composer pour encore de très longues semaines sans leurs internationaux du "grand Sud", qu’ils se nomment Juan Imhoff (Argentine), Warrick Gelant et Trevor Nyakane (Afrique du Sud), Kitione Kamikamica (Fidji) ou encore Veikoso Poloniati (Tonga). Sauf catastrophe, Kamikamica est attendu à la fin de l’été, Poloniati un poil plus tard et les autres au crépuscule du Rugby Championship, soit mi-octobre. Les tricolores Nolann Le Garrec, Ibrahim Diallo, Virimi Vakatawa ou Max Spring, eux, retrouveront les Hauts-de-Seine à la mi-août.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?