Tillous-Borde : "La base est là"

  • Sébastien Tillous-Borde est le manager de Bourgoin-Jallieu depuis 2021.
    Sébastien Tillous-Borde est le manager de Bourgoin-Jallieu depuis 2021. Icon Sport
Publié le

Pour sa deuxième année à Bourgoin, l’ancien demi de mêlée espère commencer à récolter les fruits semés et surfer sur une fin de saison dernière réussie.

Comment se passe la préparation ?

Nous avons repris début juillet avec des joueurs plutôt prêts. Ils avaient un programme physique à suivre pendant les vacances, avec deux à trois semaines de coupure totale puis deux à trois semaines de reprise progressive pour arriver le jour J avec une forme qui permet de passer les premiers temps sans avoir trop de courbatures. Certains avaient mieux fait leurs devoirs que d’autres (sourire). D’autres ont des capacités naturelles pour être plus en forme. Mais tout le monde s’est mis au diapason.

Comment voir si les anciens joueurs sont prêts ?

On le voit sur les données chiffrées. Les nouveaux joueurs, qui n’ont pas connu ça, n’ont pas des données fantastiques. Ils doivent s’adapter. Nous faisons attention de préserver certains, notamment des anciens qui ont des petits bobos. Nous faisons au cas par cas. Le staff sportif travaille main dans la main avec les préparateurs physiques et le staff médical.

Vous voyez des différences avec la préparation de la saison dernière ?

Cela n’a rien à voir. 70 % du groupe est toujours présent et connaît notre fonctionnement. Le groupe était prêt à travailler de cette manière, malgré quelques évolutions sur notre fonctionnement. Les joueurs étaient surtout prêts mentalement pour passer la première semaine ! La saison dernière, nous avons amené beaucoup de professionnalisme. Ils ont changé de manière de s’entraîner. Ils ont été choqués pendant six mois. Il y a eu un temps d’adaptation, sur le plan physique, mental. Dans le jeu, des choses vont encore changer, évoluer. L’an dernier, nous avons dû tout mettre en place de A à Z. La base est là. Nous ajoutons des choses, avec parcimonie. Cela change tout. C’est plus facile. Les joueurs qui viennent se greffer s’adaptent plus facilement au noyau dur déjà présent.

Quelles sont les leçons à tirer de la saison passée ?

Nous savons d’où nous venons. Le staff et les joueurs ont le devoir de transmettre aux nouveaux sur la culture du club, son identité et ce que nous avons mis en place tout au long de la saison passée. Les nouveaux doivent s’imprégner de ça pour bien s’intégrer et nous permettre d’être efficace dès le premier match.

Certains nouveaux connaissaient bien la maison…

L’idée était de faire venir des joueurs qui apportent à l’équipe. Il y avait une envie partagée avec le président, Henri-Guillaume Gueydan, Pascal Papé, Greg (Pinthiaux, N.D.L.R.) de retrouver des joueurs qui ont fait le bonheur du club à un moment donné. Ils reviennent pour apporter leurs connaissances de la culture berjallienne et nous tirer vers le haut. De manière plus globale, l’idée était d’amener de la plus-value dans l’effectif. Nous aurions pu changer 50 % de l’équipe. Un tiers paraît un bon compromis pour garder la cohésion créée la saison dernière. 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Propos recueillis par Sébastien Fiatte
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?