Xavier Garbajosa : « J’ai appris qu’il fallait d’abord s’adapter à un contexte »

  • Le nouveau manager lyonnais Xavier Garbajosa compte prendre à bras le corps l'héritage laissé par Pierre Mignoni.
    Le nouveau manager lyonnais Xavier Garbajosa compte prendre à bras le corps l'héritage laissé par Pierre Mignoni. LOU Rugby
Publié le , mis à jour

C’est un manager rhodanien excité par l’ampleur de sa nouvelle tâche qui s’est projeté sur la saison de son grand retour sur les bancs du top 14, en tirant les leçons de ses précédentes expériences.
 

Après deux saisons loin des terrains, vous succédez à Pierre Mignoni, l’homme qui a incarné pendant sept ans le projet lyonnais. La pression sera très forte…

Je ne vois pas ça comme de la pression. J’arrive dans un club sain qui s’est construit pas à pas. Beaucoup de choses ont effectivement été faites par Pierre, le président et la famille Ginon, et cela a contribué à ma venue. Il n’y a pas de pression, juste l’envie de bien faire, de continuer à porter ce projet, développer l’image du club, asseoir cette culture et cette identité. En fait, je ressens surtout du plaisir et de l’excitation. Il me tardait de retrouver cette ambiance, planifier des entraînements, débattre du rugby, discuter avec les joueurs, le staff… Ça me manquait. J’ai découvert un groupe enthousiaste et frais après cinq semaines de vacances, j’ai même été agréablement surpris par l’état de forme des mecs à la reprise. Tous avaient joué le jeu.

Qu’avez-vous pensé de la saison du Lou ?

Lyon a sans doute manqué de fraîcheur sur la fin. C’est difficile de jouer sur les deux tableaux. La victoire en Challenge Cup a pompé beaucoup d’énergie, sans doute un peu trop pour atteindre l’objectif fixé en Top 14. Le titre européen a été une forme de soulagement, quelque chose de formidable pour le club, le staff, les joueurs, le public, et a récompensé une très belle saison même si malheureusement les objectifs affichés en championnat n’ont pas été atteints.

Le Lou pourrait-il privilégier une compétition plutôt que l’autre cette saison ?

Le président l’a annoncé clairement : l’objectif prioritaire est de retrouver la phase finale de Top 14. Cela dit, on ne peut pas galvauder une Coupe d’Europe, encore moins quand on a la chance de jouer les Saracens et les Bulls. L’objectif européen s’adaptera en fonction des résultats. On connaît les spécificités de cette formule : si vous perdez le premier match à domicile, vous savez que la qualification est compliquée. On en tiendra compte.

Votre arrivée a coïncidé avec un certain remaniement dans le staff, avec notamment la libération de David Attoub. Pourquoi avoir pris cette décision ?
Tous les postes à responsabilité amènent à faire des choix, car personne ne peut faire ça à votre place. Dans ma première réflexion, il n’y avait aucune raison d’effectuer des changements au niveau du staff, d’autant qu’au mois de mars l’urgence et la priorité allaient forcément au recrutement des joueurs. Sauf qu’après analyse, certains éléments en interne comme en externe m’ont incité à me poser des questions. Cette réflexion m’a conduit à prendre cette décision, qui est personnelle. Ce n’est jamais simple, surtout quand il faut l’annoncer à quelqu’un qui est foncièrement une belle personne et un bon mec. Mais je l’ai fait en mon âme et conscience, car les intérêts du club et de l’institution doivent rester la priorité pour tous.

Quid du départ de Sébastien Bourdin ?
Pierre Mignoni a toujours été très honnête par rapport à Sébastien, en me disant depuis le début qu’il allait certainement le suivre. Une fois cela dit, il fallait se mettre en quête de son remplaçant, ce qui n’était pas simple puisqu’en mars-avril, tous les clubs ont déjà fait plus ou moins fait leurs courses. Mais nous avons réussi à trouver chaussure à notre pied avec Pierre Lassus, qui a une belle expérience et sort d’une saison pleine avec Mont-de-Marsan. Il me semble qu’avec son arrivée, nous avons un staff très intéressant, avec un pool physique jeune et compétent.

Vous avez insisté à plusieurs reprises sur la notion d’identité. De l’extérieur, quelle image aviez-vous du Lou ?
Cette opportunité de manager le Lou est d’autant plus intéressante pour moi que le jeu qui y est pratiqué me convient en tous points. J’ai été élevé dans le jeu en mouvement et à ce titre, le jeu lyonnais me parle, cette identité et cette culture me correspondent, cela a été très important dans mon choix de venir ici. Après, ce serait prétentieux de dire « je vais apporter ceci ou cela ». J’ai ma personnalité et ma culture, mais mon expérience m’a montré qu’il faut savoir en premier lieu analyser un contexte et un environnement pour s’y adapter. Ce n’est qu’une fois ce temps d’observation passé et après avoir échangé avec mon staff que je chercherai à amener un petit plus, avec mes convictions, afin d’améliorer certains secteurs de jeu.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
leBison Il y a 2 jours Le 16/08/2022 à 10:23

Les antécédentes expériences de Xavier feront qu'il m'étonnerait fort qu'il reproduise de nouveau les mêmes erreurs déjà commises . Faisons lui de nouveau confiance quant à la gestion de ce super club de Rugby qu'est le L.O.U et que *Pierre Mignoni* aura su mener jusqu'au dessus du parvis de notre TOP14 et qui je pense n'aura certainement pas été à cours de conseils vis à vis du nouveau Manager dorénavant bien en place . En tous cas déjà , excellente réussite à Xavier !.. Ce serait bien pour lui , finalement