Le retour revanchard de Soyaux-Angoulême

  • Avec trois premiers déplacements prévus à Nevers, Aix-en-Provence et Mont-de-Marsan, trois équipes ayant joué les premiers rôles la saison dernière, les Angoumoisins de Robin Copeland (ballon en main) seront directement dans le bain du Pro D2. Photo Stéphanie Biscaye
    Avec trois premiers déplacements prévus à Nevers, Aix-en-Provence et Mont-de-Marsan, trois équipes ayant joué les premiers rôles la saison dernière, les Angoumoisins de Robin Copeland (ballon en main) seront directement dans le bain du Pro D2. Photo Stéphanie Biscaye
Publié le

Relégué en Nationale au printemps 2021, le SA XV a réussi la performance de remonter directement. Si les Charentais avancent avec humilité, ils sont déterminés à se pérenniser en Pro D2. Et souhaitent prouver que la relégation est définitivement digérée.

C’est grâce à un travail de l’ombre de chaque instant, la construction d’un nouveau groupe et malgré une entame de saison cauchemardesque, avec une série négative, que Soyaux-Angoulême, en restant fidèle à ses valeurs est parvenu à retrouver le top 30 du rugby français. "Nous avons souffert pendant deux saisons, clairement, avec cette année de descente puis celle de la remontée. Mais nous sommes restés soudés autour de nos valeurs pour relever le défi. C’est une première étape, désormais, il faut durer", confie Didier Pitcho, président de Soyaux-Angoulême.

L’objectif est donc clair, à savoir se stabiliser à nouveau en Pro D2. Après cinq saisons passées dans le deuxième niveau hexagonal pour leur précédent passage, les Charentais entendent amorcer une nouvelle série dans ce Pro D2. Mais la tâche s’annonce ardue et le sort des deux précédents promus, Bourg-en-Bresse et Narbonne, reléguée en fin de saison passée, le prouve. "On l’a en tête, forcément, mais il ne faut pas faire de complexe d’infériorité. Nous avons nos arguments et il faut faire abstraction de cela", confie le manager Vincent Etcheto, arrivé au cours de la saison de la relégation et qui était parvenu à réaliser quelques jolis coups, malgré la relégation, notamment lors de succès à Provence Rugby et Mont-de-Marsan. Pour mener à bien cette mission maintien, Soyaux-Angoulême se devra notamment de bien débuter l’exercice.

Un groupe stable

Il faut dire que le calendrier propose un premier bloc de cinq matchs déjà déterminants, avec trois réceptions. C’est Vannes qui se présentera le premier sur la route des Charentais. Après la réception des Bretons, le stade angoumoisin de Chanzy accueillera également Aurillac et Béziers. Durant ces cinq premières semaines de compétition, le SA XV devra se rendre à Nevers et à Aix-en-Provence, deux candidats désignés dans la course au top 6. "Il est évidemment important de bien négocier cette première série de matchs. Il faut qu’à la fin de ce bloc, lorsque l’on regarde la photo du classement, on soit le plus haut possible", admet Vincent Etcheto. Pour bien débuter, les Charentais peuvent s’appuyer sur la dynamique positive enclenchée la saison dernière et récompensés par un double succès face à Valence-Romans lors de la confrontation décisive dans la quête de remontée. "Le groupe a énormément de qualité, on sent qu’il vit bien", analyse Kévin Le Guen, l’ex-talonneur du Racing, qui retrouve la Charente, trois saisons après l’avoir quittée. " Les garçons ont vécu cette montée, ça forge le caractère, ça resserre les liens. On se prépare pour une saison difficile en Pro D2 mais on ne lâchera rien."

Miser sur un rugby ambitieux

Pour réaliser une belle saison, Soyaux-Angoulême, à l’image de son manager Vincent Etcheto, ne compte pas modifier son ADN. "Nous avons cette volonté de jouer un rugby séduisant, de prendre et de donner du plaisir. Cela ne veut pas dire faire n’importe quoi mais jouer avec ambitions. On se doit de progresser sur certains de nos lancements de jeu, faire preuve de plus de précision", lance celui qui est arrivé à la tête de la cellule sportive en octobre 2020 en remplacement d’Adrien Buononato. Après une saison en Nationale réussie, Soyaux-Angoulême espère confirmer lors de cet exercice 2022-2023. Avec un objectif clair : inscrire le nom du club en Pro D2 pour 2023-2024. Pour y parvenir, le club mise globalement sur la stabilité de son groupe et ajoute l’apport de recrues autour d’un savant mélange de maturité et de jeunesse. Né de la fusion des clubs de Soyaux et d’Angoulême il y a douze années, le SA XV, qui a débuté son aventure en Fédérale 3, a connu une progression fulgurante avant une relégation. Et retrouve le Pro D2.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Dorian Bercheny
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?