Prendre le bon Vannes

  • Les Vannetais ont à cœur de bien attaquer la saison car les équipes performantes dès l’entame sont celles qui finissent les mieux classées.
    Les Vannetais ont à cœur de bien attaquer la saison car les équipes performantes dès l’entame sont celles qui finissent les mieux classées. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Après avoir totalement manqué son premier bloc l’année dernière, le RCV mise sur sa préparation pour être bien placé à l’issue des premières rencontres.

Six matchs, six défaites. C’est ce à quoi ressemblait le début de saison de Vannes l’année dernière. Pourtant demi-finalistes sortants du championnat de Pro D2, ceux qui s’étaient inclinés de justesse contre Biarritz avaient totalement manqué leurs retrouvailles avec l’antichambre de l’élite, quelques mois après. Les raisons ? Elles sont nombreuses. "Il y a d’abord eu l’aspect départ-recrutement. Tu as perdu des joueurs comme Rémi Picquette et Pierre Popelin, qui sont partis en Top 14 et qui étaient très importants. Ils n’ont pas été remplacés, que ce soit sur ou en dehors du terrain", constate, à froid, Simon Boisbluche, le préparateur physique de Vannes.

Lui qui a l’habitude de concocter les programmes estivaux des Bretons savait que les siens avaient surtout manqué de temps pour préparer la saison dernière. "Le fait de terminer tard, et donc de reprendre tard, ça crée forcément un manque de temps. La présaison qui avait précédé, par exemple, on avait eu le temps de la préparer. Avec Jean-Noël (Spitzer, N.D.L.R.), on savait fin août qu’on allait être performants." À l’heure de se préparer pour la saison 2022-2023, il n’est donc plus question de répéter les erreurs du passé. Contrairement à l’année dernière, les Bretons ont eu de quoi voir venir puisqu’ils sont restés loin de la qualification et ont acquis leur maintien rapidement. "On a commencé à travailler très tôt, confirme Boisbluche. Déjà, au niveau du recrutement, une vingtaine de joueurs ont été testés et des mecs comme Romaric Camou se sont engagés très tôt. Cela envoie des bons signaux. Au final, notre présaison a commencé dès le mois d’avril."

Un premier match à réussir

Le premier match de la saison, sur la pelouse du promu Soyaux-Angoulême, trotte maintenant forcément dans toutes les têtes vannetaises. Spitzer et les siens savent que pour éviter de revivre la fracture mentale subie l’an dernier, il faut empocher les quatre points d’entrée d’exercice. Cela leur permettrait alors d’entamer la saison en compagnie des grosses équipes du championnat et de ramener Vannes à sa place. "Le RC Vannes n’a pas vocation à batailler toute l’année pour le maintien, renchérit Boisbluche. Les dirigeants ont de l’ambition et nous aussi."

Pour glaner cette première victoire, le staff vannetais a déjà en tête ses objectifs concernant les joueurs. Des exigences au niveau du comportement, du travail mais aussi de la cohésion sont au centre du projet. "Sur le début de saison on n’aura pas l’excuse de jouer que des gros comme l’année dernière. Il faudra démarrer fort de suite", prévenait le préparateur physique. Au niveau comptable aussi, les ambitions sont claires : "Ce qui est sûr, c’est qu’on va parler du premier bloc dans la préparation, conclut Boisbluche. Parce qu’on se rend compte qu’en Pro D2, lorsque tu regardes le classement à la fin du premier bloc, les six premières équipes sont aussi là en fin de saison. Il ne faut donc pas manquer le wagon, sinon tout devient compliqué. Il faudra assurer à domicile et aller chercher, a minima, une perf’ à l’extérieur."

Si Vannes s’apprête à jouer trois matchs à l’extérieur lors de son premier bloc, la mission d’accrocher le bon wagon n’est pas impossible pour autant. Un bon départ et les démons de la saison dernière s’envoleraient définitivement…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Yanis Guillou
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?