Melvyn Jaminet : « Le beach, de jolis souvenirs pour moi »

  • Arrière du XV de France, Melvyn Jaminet sera parrain de l'édition 2022 du tournoi de beach rugby de Gruissan
    Arrière du XV de France, Melvyn Jaminet sera parrain de l'édition 2022 du tournoi de beach rugby de Gruissan Icon Sport - Johnny Fidelin
Publié le , mis à jour

Grand amateur de cette forme de rugby quand il était plus jeune, le néo-Toulousain Melvyn Jaminet sera l’ambassadeur de l’événement.

Pourquoi accepter d’être le parrain de cette édition 2022 ?

Tout simplement parce que c’est une activité qui me parle. Quand j’étais jeune, nous avions une équipe avec des amis car le beach-rugby nous plaisait énormément. Nous faisions beaucoup de tournois pendant l’été. Vu qu’on me donnait l’opportunité d’être parrain sur cette édition, je me suis dit : « Pourquoi pas découvrir ce tournoi-là ? » En effet, c’est un des seuls auquel nous n’avions pas participé avec mes potes. J’avais vraiment envie de le découvrir.

 

C’est donc une discipline que vous aimez depuis longtemps…

Oui, absolument. Comme je l’ai dit, quand j’avais entre 14 et 16 ans, on faisait vraiment beaucoup de beach-rugby. On avait notre équipe sur Toulon, avec quelques joueurs, mais on se déplaçait pas mal. On adorait ça. Le beach, ce sont de jolis souvenirs pour moi. À partir du moment où on l’a proposé, j’avais réellement envie d’être parrain.

 

Est-ce que le beach-rugby vous renvoie à des notions de plaisir ?

Oui, exactement. Adolescent, je me rappelle que, dès que nous étions en vacances, c’est une des premières choses qu’on faisait. On allait direct jouer ! On y passait des journées entières à s’amuser et à se régaler. Le beach-rugby, c’est avant tout la notion de plaisir.

 

Est-ce une manière, pour un joueur du XV de France, de valoriser une des nombreuses disciplines dont ruisselle le rugby ?

Bien sûr. Si cela peut servir à le mettre en valeur, c’est une bonne chose. De manière générale, le rugby est un sport magnifique et il faut le mettre en avant. Il y en a pour tous les goûts, on le voit là avec le beach-rugby qui peut plaire à certains.

 

Sous quel signe va donc être placé votre week-end ?

Celui du sourire ! Je suis encore en vacances et j’arrive détendu, pour passer de bons moments. Il n’y aura aucune prise de tête, juste du plaisir. Et pourquoi pas, pour moi, faire un ou deux matchs sur place ?

 

Vous êtes un enfant du Var, avez explosé à Perpignan. Être parrain de cet événement demeure un clin d’œil sympathique pour la côte méditerranéenne…

(Sourire) Oui, c’est un petit clin d’œil. les environs de Narbonne, je ne connais pas trop encore. Il me reste encore pas mal de choses à découvrir sur la côte en fait ! Je n’ai pas fait Montpellier par exemple. Plus sérieusement, en étant du Sud-Est, je suis évidemment très attaché à la côte méditerranéenne. C’est un endroit magnifique et le rugby y est en pleine effervescence.

 

Quel petit mot le parrain voudrait-il transmettre à tous les participants de l’événement ?

Avant tout, qu’ils prennent du plaisir. Sur et en dehors des terrains. Le beach-rugby, c’est aussi un état d’esprit. C’est l’envie de s’amuser, même quand on ne joue pas. L’idée, c’est de se rassembler autour de cette activité durant ces quelques jours.

 

Pierre Magne
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?