Saga amateurs- Bourges, dans la précipitation

  • Les Berruyers évolueront en Fédérale 1 la saison prochaine. S’ils veulent se maintenir, il faudra régler les problèmes en conquête et en discipline.
    Les Berruyers évolueront en Fédérale 1 la saison prochaine. S’ils veulent se maintenir, il faudra régler les problèmes en conquête et en discipline. Photo DR. - Photo DR.
Publié le , mis à jour

Après avoir obtenu une montée administrative tardive, le club de bourges s’est mis en quatre pour composer une équipe compétitive en fédérale 1.

E n persévérant sur la voie administrative, ce club de Bourges est donc parvenu à ses fins. Il jouera la saison prochaine en Fédérale 1. La sanction visant Sarlat puis le refus de Saint-Girons de remplacer le club dordognot, ont poussé les Berruyers dans le train de la montée via une invitation fédérale. C’est par un coup de billard à deux bandes qu’ils y sont montés. Lors des matchs de poule, leur victoire au CNOSF contre Orsay avait amélioré leur rang de sortie en phase finale. Par ricochet, ce meilleur rang de sortie a été récompensé par cette promotion offerte à l’équipe la mieux placée sur la liste d’attente nationale. Et maintenant ? La situation est paradoxale. Selon le modèle de développement imaginé par Didier Engoulvant quand il le dirigeait, avant d’en devenir le vice-président délégué aux finances, le Bourges XV est en avance d’une année sur son plan de marche. La montée en Fédérale 1 avait été prévue pour 2023.

C’est donc une complète réussite. Mais ce club créé en 2007 par la fusion des deux entités de rugby de la ville, qui n’a jamais vraiment décollé dans la hiérarchie fédérale comme les initiateurs de ce projet l’avaient espéré, se trouve embringué dans une compétition préparée dans l’urgence, et sans structures vraiment adéquates. Les vestiaires ne sont pas aux normes de la division, comme d’autres parties du stade. « Cela fait un moment que je dis à l’adjoint aux sports de se renseigner sur les exigences de la Fédérale 1 au cas où nous monterions. Il va falloir faire vite. J’ai été maire de Bourges, je sais que sur la deuxième partie de l’année, il y a des queues de budget. Cela ne me paraît pas impossible de faire le nécessaire. Et puis on obtiendra des dérogations pour ce qu’on n’aura pas fait », relevait à ce sujet Pascal Blanc, le président du club.

Quatre contrats fédéraux

Au niveau de l’équipe, qui n’a pas obtenu sa montée sur le terrain, ses entraîneurs ont été contraints d’attendre officiellement la promotion administrative pour achever leur recrutement un mois plus tard que les autres. Si bien que pour la première fois, pour faire face à ce challenge, les dirigeants leur ont débloqué un budget pour financer quatre contrats fédéraux. Ils ont sollicité un commercial chasseur de partenaires pour augmenter leurs ressources de 100 000 euros.

Quatre joueurs de l’hémisphère Sud viendront renforcer le paquet d’avants, qui a rencontré des difficultés en Fédérale 2. Les approximations en touche ont fortement grevé son rendement. Et la saison prochaine, il faudra pousser complètement les mêlées fermées. Trois talonneurs-lanceurs ont donc été recrutés, ainsi qu’un pilier supplémentaire. Sur les dix joueurs recrutés, neuf jouent devant. Mickaël Perrin, l’arbitre du club, a aussi été dépêché auprès de l’équipe pour régler un problème de discipline récurrent. Ici résident les grands changements qui seront apportés la saison prochaine.

« J’ai réuni nos partenaires à la fin du mois de juin pour leur expliquer notre situation et notre trajectoire, commente le président Pascal Blanc. Il y a le court terme, et il y a le long terme. Et le club doit viser haut pour entretenir une dynamique vertueuse. À nos partenaires, j’ai parlé de Pro D2 pour 2030. Je sais que cela peut interpeller. Mais cela doit nous pousser à progresser sans cesse. Je suis persuadé que nous pourrons obtenir notre maintien en Fédérale 1 avec cette équipe, et poser avec elle les bases de notre avenir. »

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?