Saverdun : le gang des spécialistes

  • Photo Céline Pol
    Photo Céline Pol
Publié le

Qualifiés de dernière minute, les ariégeois ont été euphoriques pendant la phase éliminatoire. face à Jacou-Mauguio, ils ont été sacrés champions. Pour la cinquième fois de son histoire, le bouclier a pris la direction de Saverdun.

Saverdun a révélé Fabien Pelous, le joueur le plus capé (118 sélections) de toute l’histoire du XV de France. L’Union athlétique saverdunoise a une autre particularité, celle d’être le club ariégeois le plus titré, avec dix couronnes nationales (huit FFR, deux Ufolep) dont cinq avec l’équipe réserve de Fédérale 3. Dans le passé, les doublures saverdunoises se sont illustrées en 1985, 1986, 1987, 1995 et, plus près de nous, en 2022. Le 19 juin dernier, à Gruissan (Aude), l’UAS a conclu son dernier match de la saison par une victoire aux dépens des Héraultais de Jacou-Mauguio (22-20). Et pourtant, au soir de l’avant-dernière journée de championnat, les Ariègeois n’avaient pas encore validé leur billet pour la phase éliminatoire.

Renforcé par des équipiers premiers

En effet, il a fallu attendre l’ultime journée pour voir l’UAS prendre la dernière place qualificative et coiffer Léguevin sur le fil, le premier non qualifiable. Une qualification qui atténuait ainsi la déception de l’équipe fanion, privée sur tapis vert de phase éliminatoire. Finalement, le malheur de l’équipe une a fait le bonheur de la réserve. "Au sein du groupe, nous avons pu bénéficier de l’apport d’équipiers premiers aptes à évoluer en B. Des renforts qui ont apporté de la valeur ajoutée ainsi que de la confiance", fait remarquer le coentraîneur, Lionel Masacarenc.

Une fois, le billet de la phase éliminatoire en poche, les Rouge et Noir ont ainsi abordé la phase couperet sans la moindre pression. Au fil des rencontres, le groupe s’est bonifié. "En huitièmes, face à Tournefeuille, l’équipe a livré son meilleur match de la saison, ajoute Lionel Mascarenc. C’était vraiment le match, le plus abouti. Après cette rencontre, on s’est mis dans la tête que nous pouvions aller chercher le titre." Et le 19 juin, le bouclier des réserves de Fédérale 3 a donc pris, pour la cinquième fois, le chemin du stade Paul-Fines.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Didier Navarre
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?