Cheika et les « Français » connaissent la recette

  • Les Pumas de Tomas Cubelli, avec un XV de départ à forte consonance "française", veulent imposer leur puissance face aux Wallabies et faire mieux que face à l’Écosse.
    Les Pumas de Tomas Cubelli, avec un XV de départ à forte consonance "française", veulent imposer leur puissance face aux Wallabies et faire mieux que face à l’Écosse. Abaca / Icon Sport
Publié le

Avec un XV de départ à forte consonance Top 14 et un sélectionneur pour qui l’Australie n’a aucun secret, les Pumas abordent le défi australien forts d’arguments et d’un certain savoir-faire. Le succès lors de la série face à l’écosse mérite confirmation.

Mendoza, terre de cet affrontement entre Pumas et Wallabies, portera-t-elle encore chance à l’Argentine ? Sa dernière victoire à domicile, en Rugby Championship s’était produite au Malvinas Argentinas Stadium en août 2018 face à l’Afrique du Sud (32-19). Parmi les rares autres bons souvenirs des joueurs albicestes dans la compétition – ils ont remporté seulement six des cinquante-deux rencontres, leur premier succès face à l’Australie avait été décroché dans cette ville de l’Ouest, en 2014. Ironie de l’histoire, cette défaite des Wallabies avait précipité le départ d’Ewen Mc Kenzie et l’arrivée au poste d’un certain Michael Cheika.

Voilà pour le passé. L’avenir, justement, appartient au technicien australo-libanais et à ses protégés. En poste depuis le début de l’année, le sélectionneur peut se targuer d’avoir réussi son baptême : au terme d’une trilogie à suspense, Julian Montoya et compagnie ont remporté in extremis leur série face à l’Écosse. Cet accomplissement notable, face à un XV du Chardon performant, appelle confirmation. Et, dans le contexte actuel de l’hémisphère Sud, la double confrontation à venir contre l’Australie – les deux sélections se retrouveront samedi prochain à San Juan, si elle reste un défi d’ampleur, constitue la meilleure opportunité de victoire pour les Sud-Américains. Trois de leurs six victoires dans la compétition l’ont d’ailleurs été face aux gars de l’île-continent.

« Quand « Cheik » prend une équipe… 

À la maison, les Pumas seront attendus au tournant sur les épreuves de force. En mêlée, sur les ballons portés et globalement au niveau des collisions, ils avaient été chahutés par la bande à Townsend. "On peut faire beaucoup mieux que face à l’Écosse", annonce le pilier Nahuel Tetaz Chaparro. Avant de défier les rugueux Boks et les Blacks, ils auront à cœur d’imposer leur puissance face aux Australiens. L’ancien Toulousain Rory Arnold et ses partenaires savent à quoi s’attendre : "Quand "Cheik" prend en main une équipe, il veut qu’elle soit physique et on peut s’attendre à un très gros engagement de la part des Argentins ce week-end", se projette le deuxième ligne. Pour les Wallabies, la menace pourra venir de partout : du terrain, du public mais aussi du banc où Michael Cheika, leur sélectionneur de 2014 à 2019, saura sans nul doute déceler des failles dans leur collectif souffreteux.

Le maestro devrait miser sur un XV de départ à très forte consonance "française" : Francisco Gomez Kodela (Lyon), Tomas Lavanini (Clermont), Marcos Kremer (Stade français), Tomas Cubelli (Biarritz), Jeronimo De La Fuente (Perpignan) et Santiago Cordero (Bordeaux-Bègles) sont attendus dans le XV de départ au sein duquel pourraient aussi figurer Nicolas Sanchez (Stade français) et Juan Cruz Mallia (Toulouse).

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?