Top 14 - La course contre la montre du Montpellier Hérault Rugby

  • Jan Serfontein, trois-quarts centre de Montpellier.
    Jan Serfontein, trois-quarts centre de Montpellier. Icon Sport
Publié le

Après cinq semaines de congés nécessaires à régénérer les corps et les esprits, les Cistes ont misé sur une préparation courte mais intense.

Même si la reprise du MHR s’est faite dans la bonne humeur, avec des joueurs qui ont clairement le plaisir de se retrouver, celle-ci s’est faite dans le plus grand sérieux. Et on comprend pourquoi, car le club héraultais est le dernier à avoir repris le chemin de l’entraînement, une semaine après son rival castrais de la dernière finale, dont la reprise à effectif complet s’est faite mercredi dernier.

Un choix que l’entraîneur-adjoint Olivier Azam expliquait ainsi : « Nous avions pris l’option de laisser cinq semaines de vacances aux joueurs donc la préparation doit être intense et précise pour bien commencer le championnat. Ils avaient besoin de se ressourcer, de récupérer après une saison longue. Les joueurs devaient revenir avec une énorme envie. Ils sont revenus en forme, avec beaucoup d’enthousiasme et le plaisir de se revoir. »

Un choix nécessaire et pas si risqué que cela, compte tenu d’autres paramètres : « On a la chance d’avoir un groupe stable. On a des repères collectifs. Avec Jean-Ba on veut continuer à affiner notre jeu, mais cela va se faire petit à petit. On veut qu’ils soient prêts à disputer le match amical dans trois semaines. Ce sera un point de passage. Après cela, on aura encore 15 jours pour entrer dans le Top 14 », prolongeait le technicien.

Décompression interdite

Le staff de Montpellier a fait un autre choix : celui de ne disputer qu’un match amical : le 19 août contre Lyon au stade Furiani, à l’issue du stage en Corse qui se tiendra du 13 au 20 août : « C’est voulu. La saison dernière, on en avait prévu trois mais c’était beaucoup. On avait d’ailleurs déclaré forfait une fois. Il y a aussi le Sevens qui va mobiliser des joueurs. Comme le groupe reste stable, on estime qu’un match amical est suffisant. On a vu l’année dernière que certaines équipes on fait très peu de matchs amicaux, et cela ne les a pas empêchées de bien commencer le championnat. »

Le MHR commencera sa saison par un périlleux déplacement à La Rochelle, champion d’Europe en titre. Et il ne compte pas se relâcher après son titre : « Ce dont j’ai peur, c’est la décompression, prévenait l’autre entraîneur-adjoint Jean-Baptiste Elissalde. C’est le seul danger qui nous guette. Être champion, c’est surtout avoir un comportement de champion. Un boxeur qui remet son titre en jeu, il se prépare pour le garder le plus possible. Ce sera très difficile. Mais c’est dans cet esprit-là que les mecs vont devoir se préparer. »

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?