Villecomtal-Rabastens : une frustration bien présente

  • Villecomtal-Rabastens a réussi une superbe saison malgré l’amère défaite subie en finale contre Thèze. Photo Francis Fraresso
    Villecomtal-Rabastens a réussi une superbe saison malgré l’amère défaite subie en finale contre Thèze. Photo Francis Fraresso
Publié le

Régionale 3 La saison s’est achevée en finale du championnat de France de Quatrième Série face à Thèze. Les Gersois ont échoué à quatre points du bonheur. Une défaite qui a du mal à cicatriser.

Qui connaît Villecomtal-sur-Arros ? Un village gersois d’un peu plus de mille administrés, situé dans la vallée d’Arros entre Bigorre et Astarac. Depuis 1972 (année de la création du club), ce patelin gersois sort un peu de l’anonymat grâce à son équipe senior habituée à faire des prouesses lorsque le printemps pointe le bout de son nez. Cette année, la coalition gersoise et bigourdane s’est brillamment illustrée à l’occasion de cette saison de reprise. La terrible pandémie de Covid-19 qui a frappé pendant deux saisons n’a pas vraiment affecté le moral des joueurs, encadrement, dirigeants et supporters.

"On nous refuse un essai valable"

Avec un effectif pas vraiment de quantité (30 licences), mais de qualité, l’OVR s’est hissée en quart de finale d’Occitanie et en finale nationale de Quatrième Série après avoir sorti au stade des quarts de finale et du dernier carré, Caudecoste et la Côte rocheuse (le champion d’Occitanie), deux sérieux prétendants au sacre.

Le 19 juin dernier à Pontacq, l’OVR s’est retrouvé face à Thèze pour l’obtention du titre. Cela devait être un jour de fête, ce fut une grosse frustration. Pour quatre petits points de déficit (21-25), l’OVR n’a pas été récompensé. "Nous n’avons pas fait notre meilleur match de la saison, mais nous avons de bonnes raisons d’avoir la défaite amère. On dispute une finale nationale avec un arbitre de Nouvelle-Aquitaine, la Ligue où évolue notre adversaire. À l’ultime minute, on nous refuse un essai parfaitement valable, nous en avons la preuve", soutient le coprésident Jean-Noël Jammet. De plus, en grattant un petit peu plus, les dirigeants de l’OVR ont découvert que les deux juges de touche étaient également membres de la ligue Nouvelle-Aquitaine. De quoi entretenir un peu plus la frustration de cette finale perdue qui hante les nuits du capitaine Soulan et ses coéquipiers. Afin de tourner la page, les joueurs de l’OVR ont hâte de retrouver le rectangle vert et le prochain championnat de Régionale 3.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier NAVARRE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?