Amical - Aurillac a de la suite dans les idées

  • Les Cantaliens ont signé une deuxième victoire de suite vendredi, contre Nevers.
    Les Cantaliens ont signé une deuxième victoire de suite vendredi, contre Nevers. Icon Sport
Publié le

Deuxième match amical et deuxième victoire pour des Aurillacois qui continuent de faire tourner leur effectif.

Passer 39 points à l’un des demi-finalistes du dernier exercice, reste une performance à souligner, même si l’on est sur un match amical. Vendredi, le Stade aurillacois a poursuivi sa préparation en étant sérieux et en incluant encore plus de jeunes dans la rotation. Intéressant !

Si dans la semaine, le staff a eu « la sensation d’un recul dans les automatismes », la venue de Nevers a balayé certaines craintes. Notamment sur un premier acte où, bien que dominés, les Aurillacois ont su faire front, mais surtout réagir avec un quinze de départ qui sentait bon la relève.

Si Aucagne ouvre la marque rapidement (3-0, 4e), l’Uson va rappeler que la moindre erreur se paye cash à ce niveau. Au sortir d’une mêlée, la « 89 » aurillacoise bafouille et Cottin ne se prive pas de punir sous les poteaux (3-7, 8e).

Aurillac s’appuie alors sur les fondamentaux pour relever la tête. Un bon lancer de Nioradze, une belle prise de Rolland. On s’enroule autour du porteur, on avance puis on fait jouer les gros avant que Royer ne finisse à dame. Parfait (8-7, 18e). Nevers tente bien de réagir, mais dans le combat ce n’est pas encore ça et dans le jeu, les intentions sont là, seule la finition laisse à désirer.

Conquête et dynamisme

Dans ces cas-là, on se rappelle aux bons souvenirs de ce qui fonctionne. Et un groupé pénétrant plus tard, Hamel redonne des couleurs à l’Uson (8-15, 30e). Mais la jeunesse locale sait, elle aussi, saisir les opportunités, à l’image de Hadinegoro qui tente et aplatit au nez et à la barbe des Nivernais (15-15 à la pause).

Dans le deuxième acte, Aurillac appuie sur l’accélérateur. Toujours derrière un pack dominateur, une touche efficace et Nelson à l’ouverture qui fait des misères au pied, les Cantaliens s’appuient sur le classique pour prendre le large. Une touche, une bonne prise de balle, on construit autour du porteur et Javakhia finit le boulot (22-15, 55e).

Le deuxième ligne géorgien remettra le couvert en fin de match (76e), mais entre-temps, Simeli a, heureusement, filé à dame après avoir « oublié » deux ou trois camarades en route (66e). Entre-temps, c’est aussi Mayo (59e) et Barbier (64e) qui maintiennent l’Uson dans le match grâce à deux cadeaux maison. Bien loin d’être suffisant pour Xavier Péméja. « Ce qu’on fait ce soir, ce n’est pas bien du tout. On n’est pas dans ce qu’on veut faire, dans l’investissement, dans tout… Je suis très déçu. Il nous faut autre chose que des gentils garçons. Aucune satisfaction aujourd’hui. »

Ça a le mérite d’être clair au contraire d’un staff aurillacois heureux « de voir 36 joueurs concentrés jusqu’au bout et, malgré toutes les rotations, de voir tout le monde s’investir et comprendre le jeu ». Un Stade aurillacois qui a l’air bien dans ses pompes, à l’image d’une jeunesse rigoureuse et qui s’amuse, et d’anciens bien présents pour les encadrer.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jean-Marc AUTHIÉ
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?