Amical - Victorieux contre Narbonne, Montauban est équipé

  • Les Montalbanais de Maxime Mathy l'ont emporté (non sans mal) contre Narbonne.
    Les Montalbanais de Maxime Mathy l'ont emporté (non sans mal) contre Narbonne. Icon Sport
Publié le

Malgré une courte victoire face aux Narbonnais, l’USM de David Gérard a retrouvé le goût des terrains et a montré qu’il faudrait se méfier de cette équipe armée d’individualités précieuses.

Le léger vent qui effleurait la pelouse de Leucate n’y faisait rien et c’est sous une chaleur écrasante que l’US Montalbanaise s’est imposée non sans mal face à des Narbonnais qui ont déjà bien avancé leur reconstruction.

Si l’essentiel était de remettre les pieds sur un terrain, pour les hommes de David Gérard ce premier match amical a permis de mettre en lumière plusieurs axes de travail pour les semaines à venir : « On ne se faisait pas de plan sur la comète. On a fait trois séances de rugby ces derniers mois car nous avons vraiment privilégié la préparation physique. Il y a eu beaucoup de déchets, l’engagement chez nous y était très moyennement parce qu’on voyait que les mecs n’étaient pas prêts à combattre. Nous n’avons pas fait de rucks et on savait que cela serait un des points noirs de notre côté. Les Narbonnais avaient vraiment mis l’accent sur ce secteur de jeu. Ils nous ont retardé toutes les sorties de balles. Il va falloir réguler cela rapidement », expliquait le manager.

Malgré les maladresses d’un groupe encore à la recherche de repères et sans doute un peu trop gourmand dans le jeu pour cette fois, ce match a aussi permis de révéler de belles individualités.

De nouvelles têtes ont marqué les esprits

On pense notamment à Bastien Guillemin, tout droit arrivé de Castres à l’intersaison qui débloquait le compteur des siens ou encore au jeune Julian Hauw (21 ans) qui n’a eu de cesse de faire trembler la défense du Racing Club narbonnais à l’image de cette percée fulgurante qui offrait un deuxième essai aux Montalbanais.

L’international anglais Rokoduguni s’est lui aussi brillamment illustré et pourtant « il n’était qu’à 50 % », ironisait David Gérard. En tout cas, entre recrues et jeunes pousses, l’USM semble avoir de quoi rivaliser avec les meilleurs. Voilà qui est de bon augure en vue des deux prochains matchs amicaux lors desquels les Sapiacains affronteront deux clubs de l’élite, Perpignan et Castres. Alors pour éviter les désillusions, il faudra mettre « la marche avant » affirmait David Gérard qui attend désormais ses hommes au tournant.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Manon MOREAU
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?