Pauline Bourdon : « Basculer sur quelque chose de grand »

  • La numéro 9 de l'équipe de France est attendu au tournant après un Tournoi manqué.
    La numéro 9 de l'équipe de France est attendu au tournant après un Tournoi manqué. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

De retour en sélection après avoir manqué le dernier tournoi en raison d’une blessure, la Toulousaine prend la mesure de l’énorme échéance qui arrive.

Quel est le contenu de ce stage et quels sont ses objectifs ?
C’est une remise en route typée « rugby ». Le stage au mois de juin était essentiellement physique et médical. Cette fois, on reprend notre projet de jeu, les bases, les touches, les attitudes au contact, les lancements de jeu, etc. Il y a aussi quelques modifications qui ont été faites par le nouveau staff, donc on doit se pencher là-dessus.

Où en êtes-vous physiquement ?
Nous sommes plutôt en forme ! On a fait un petit « Bronco Test » ce matin, et chaque fille a amélioré son temps ! Pour l’instant, la préparation se passe plutôt bien au niveau physique.

Les festivités du titre de championne de France sont loin ?
Oui, elles sont loin. Il faut basculer sur quelque chose de grand qu’on a à vivre. Il nous reste trois mois avant l’échéance, donc nous sommes vraiment concentrées sur la Coupe du monde.

Y aura-t-il des nouveautés dans le jeu du XV de France Féminin ?
Il y aura des nouveautés. Toutes les équipes commencent à connaître notre système, donc on doit évoluer. Après, ce ne sera rien de très important.

Quels sont les axes de progression, les secteurs que vous avez priorisés ?
On veut être meilleures sur les attitudes au sol, car cela a été compliqué pendant le Tournoi. On veut aussi remettre beaucoup de jeu, alterner entre le pied et la main, savoir gérer les temps forts et faibles. On se concentre sur ces aspects.

Comment fonctionne le nouveau staff constitué par Gaëlle Mignot et David Ortiz ?
Ils ont des rôles bien distincts : Gaëlle est en charge des attitudes au contact et de la mêlée tandis que David est sur la touche et la défense. On a un peu modifié notre façon de défendre, mais pour l’instant tout se passe bien et j’ai l’impression qu’ils ont bien trouvé leurs marques avec nous.

À titre personnel, n’est-ce pas bizarre d’avoir votre ancienne coéquipière en guise d’entraîneure ?
Non, c’est plutôt cool et puis je suis contente de voir une fille dans le staff d’une sélection. C’est encourageant pour les prochaines qui se destinent à suivre le même chemin. Et puis Gaëlle est très pertinente dans tout ce qu’elle fait. Elle était très exigeante en tant que joueuse, elle l’est encore plus en tant qu’entraîneure. Elle nous donne sans arrêt des petits challenges, même quand on n’est pas sur le terrain. Elle est très impliquée et cela fait plaisir de voir le staff autant impliqué que nous dans cette préparation.

Quel genre de challenges ?
On a séparé le groupe en deux équipes. On doit marquer des points et Gaëlle passe au hasard parmi nous pour poser des questions sur les attitudes au contact. Si une trois-quarts donne une mauvaise réponse, elle fait perdre des points aux avants de son équipe. On n’a pas le droit à l’erreur !

À titre personnel, on vous attend à poste ? Demi de mêlée ou d’ouverture ?
On m’attend au poste de neuf. Nous sommes trois au poste, mais chaque trois-quarts possède un deuxième poste. Le mien est l’ouverture, donc je m’entraîne de temps en temps en 10. Mais mon poste sera le 9.

En tant que demi de mêlée, vous êtes directement concernée par la qualité des attitudes au contact et du jeu au sol…
Forcément. On doit avoir des ballons propres pour qu’ils soient rapides. C’est toujours mieux quand les filles bossent bien au sol.

Vous aviez manqué le dernier Tournoi à cause d’une blessure domestique, dans quel état d’esprit avez-vous retrouvé le XV de France Féminin ?
Comme je l’avais laissé, j’ai l’impression de ne l’avoir jamais quitté. Je n’ai pas perdu le projet de jeu et je suis vraiment motivée pour performer donc tout se passe bien. Les filles sont présentes pour me montrer ce qu’il s’est passé dans le Tournoi ainsi que les petits changements qu’il y a eu depuis.
 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?