Saga Nevers - Issam Hamel, l’ambitieux bosseur

  • Issam Hamel, talonneur de Nevers. Issam Hamel, talonneur de Nevers.
    Issam Hamel, talonneur de Nevers.
Publié le

Il a été une des attractions de la saison dernière avec ses onze essais inscrits. Symbole de la force collective du pack Neversois, Hamel ne cache pas ses ambitions.

"Les hommes mentent, pas les chiffres", ont l’habitude de répéter les fans de sports, dans une époque où la loi des statistiques dicte parfois trop le jugement des performances. Pour autant, on peut vous certifier qu’Issam Hamel n’est pas un ailier, contrairement à ce qu’indiquent ses glorieuses stats. Lui, le talonneur de Nevers, est malgré tout un serial-marqueur, capable d’inscrire sept, puis onze essais lors de ses deux premières années dans la Nièvre. "Sur onze, il y en a sept sur ballon porté, modérait-il humblement. En espoir au Racing 92, je marquais déjà pas mal parce qu’on avait un gros pack. Mais c’est surtout dès que je suis arrivé à Nevers que j’ai commencé à planter. Je ne me prends pas pour un marqueur d’essais mais je chambre quand même un peu les ailiers."

S’il appuie la thèse collective, Hamel doit aussi ses statistiques à son niveau personnel. À 25 ans, l’ancien du Racing 92 est conscient de sa progression, notamment en conquête où il est devenu un lanceur très fiable. Ce n’est pas pour rien que les mauls sont aussi propres.

"J’avais beaucoup travaillé avec Dimitri Szarzewski (au Racing 92, N.D.L.R.) au niveau du lancer et de la mêlée, se rappelait l’international Algérien. Le fait d’être passé à Nevers et d’avoir une autre vision avec Sébastien Fouassier (l’entraîneur des avants), ça m’a ensuite beaucoup apporté. On passe beaucoup de temps à l’entraînement à Nevers, ça me permet de progresser. Mais c’est un plaisir. Quand je fais mes séances de lancers, c’est comme un buteur, je ne me force pas du tout." Et pour ce qui est du ballon porté ? "Le maul parfait, c’est celui de Nevers, quand je finis dans l’en-but", se marrait-il.

Le Top 14 dans la tête

Pour la saison qui arrive, Hamel va en tout cas sûrement prendre une place encore plus importante dans l’effectif, après le départ de son concurrent principal au poste l’année dernière, Janick Tarrit. "Je suis sur la continuité de mes deux premières années. Mais ce n’est pas forcément parce que Janick part que ça va changer quelque chose. Au contraire, ça va bouger avec un autre concurrent (Elia Elia)." Vous l’aurez compris, celui qui s’est incliné de peu lors des qualifications pour la Coupe du monde avec l’Algérie revient prêt à surfer sur la vague positive de l’année passée.

Dans sa ligne de mire, le chirurgical talonneur vise notamment le Top 14, qu’il n’a que trop peu connu avec le Racing 92. "C’est mon objectif d’abord avec Nevers et après personnellement. Mais je ne pense pas que le président veuille monter dès cette année. Il veut déjà bien se stabiliser en Pro D2, comme ils l’ont fait à l’époque en Fédérale 1." Lucide, celui qui a récemment prolongé jusqu’en 2024 est en fait à l’image de son club : plein d’ambitions, mais conscient des étapes à franchir avant d’y arriver.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Yanis GUILLOU
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?