Supersevens - Alexis Levron (Pau), 7 à lui de jouer !

  • Le demi de mêlée palois, Alexis Levron, s’est révélé lors de la dernière édition de l’In Extenso Supersevens.
    Le demi de mêlée palois, Alexis Levron, s’est révélé lors de la dernière édition de l’In Extenso Supersevens. Icon Sport
Publié le

Très à son avantage l’année dernière, le jeune demi de mêlée Alexis Levron sera de retour à Perpignan pour la première étape de l’édition 2022. À 7 comme à XV, la Section paloise compte sur lui.

L’été dernier, il en avait envoyé quelques-uns chez le docteur. Pas grâce à son physique, loin d’être imposant (1,65 m, 72 kg), mais bien par ses appuis dévastateurs, qui avaient mis les genoux adverses à rude épreuve. À l’école et au centre de formation, Alexis Levron a pris rugby option cassage de reins. Les joueurs lyonnais, notamment, ont sans doute encore en mémoire son « triple crochet » de folie, les ayant mystifiés lors de la première étape du dernier In Extenso Supersevens, à Aix-en-Provence. « Ça me tient à cœur de performer à 7. C’est quelque chose que je fais depuis mes 16 ans et que je pratique aussi en association, par exemple avec les Seventise », introduit le joueur palois.

Avec son numéro 4 dans le dos, le petit demi de mêlée (21 ans) avait fait des merveilles sur la pelouse de Maurice-David, le 14 août 2021, durant un tournoi remporté par sa formation. « C’était la première fois que je portais le maillot de la Section, j’étais hyperenthousiaste », se rappelle-t-il. « À l’époque, ça lui a amené de la confiance et de la légitimité aux yeux des autres, car il a très vite été en réussite avec l’équipe, c’était chouette », assure d’un ton posé Sébastien Piqueronies, son entraîneur à Pau.

Tout juste arrivé de Vannes à l’intersaison, et sous l’égide du technicien Geoffrey Lanne-Petit, le Nantais d’origine avait alors pu se chauffer sur le synthétique d’Aix, montrant au staff béarnais ce dont il était capable en rencontres officielles. À Piqueronies de poursuivre : « Le Sevens met en lumière ses qualités d’appuis et de vitesse. Mais pour moi, ce qu’il imprime à 7, il l’imprime aussi à XV. C’est un garçon qui est un vrai accélérateur de jeu, capable de mettre de la vitesse dans toutes les transmissions. »

Le Sevens, son « jeu d’arcade »

En suivant, l’ancien Rennais a alors pris une place de numéro 3 de la Section au poste de demi de mêlée, derrière Clovis Le Bail et Thibault Daubagna. « C’est un garçon qui a eu une ou deux petites blessures la saison dernière, sans lesquelles je pense qu’il aurait eu un peu plus de temps de jeu en Top 14. Il est en constante progression chez nous. Et malgré son jeune âge, il est très exigeant, très déterminé. Il est promis à un avenir professionnel », détaille Piqueronies le formateur, qui a couché le nom de Levron sur dix feuilles de match au cours du dernier exercice (trois titularisations).

Cette saison, comme l’an dernier, le numéro 9 espère donc s’éclater lors du Supersevens, « version un peu arcade du rugby » qui débute ce samedi à Perpignan. Selon ses dires, la compétition lui servira également de préparation accélérée en vue du prochain exercice : « Ça permet de se mettre au niveau techniquement et physiquement, que ce soit sur la course, les sprints, ou les changements de rythme. »

Car lors des mois à venir, Levron espère aussi bien performer à XV qu’à 7 : « Je m’éclate autant à XV, où il y a peut-être plus de stratégie. Je veux continuer à gagner du temps de jeu et à progresser, tout en participant aux bons résultats de l’équipe. » Et à son manager de conclure : « Alexis est un jeune homme plein de détermination, très exigeant envers lui-même, avec une maturité assez prononcée pour son âge. On mise sur lui pour cette saison… Fortement. »

Dorian VIDAL
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?