Régionale 3 : après une chute du nombre de licenciés, Le Las revit

  • En sommeil depuis 2014, Le Las a remporté le bouclier de Troisième Série Sud-Paca pour son retour à la compétition. Photo DR En sommeil depuis 2014, Le Las a remporté le bouclier de Troisième Série Sud-Paca pour son retour à la compétition. Photo DR
    En sommeil depuis 2014, Le Las a remporté le bouclier de Troisième Série Sud-Paca pour son retour à la compétition. Photo DR
Publié le

Après une période difficile, marquée par la mise en sommeil de l’équipe senior, et une chute du nombre de licenciés à l’école de rugby, le club basé au Pont-du-Las revit sous l’impulsion de Patrick Aicardi et de ses fils, Anthony et Alexis.
 

Le club du Las a bien failli ne pas fêter ses 100 ans. Né en 1922, le club emblématique du quartier du Pont-du-Las, à l’ouest de Toulon était mal en point il y a quelques saisons. L’école de rugby comptait moins de dix licenciés. Patrick Aicardi est donc revenu en 2019. « Entraîneur, joueur, j’ai tout fait, sourit le président, qui peut compter notamment sur ses deux fils, Anthony et Alexis, sur le terrain où ils sont respectivement talonneur et pilier, mais aussi en dehors. Nous voulions faire revivre le club. C’est un travail d’équipe ! ».

Et de tout un quartier. Le dirigeant rappelle que le club est finalement plus qu’un club « C’est une entité ! Ici, tout le monde a un parent, un cousin, un collègue qui a joué au Pont-du-Las ! C’est une grande famille, mais ce n’est pas une secte. Nous misons tout sur le côté amical. »

Et le club a vite repris de l’élan. L’école de rugby a vu ses effectifs grossir et tout fait pour la voir se développer encore. « Il y a beaucoup de travail aux alentours. Le quartier est devenu difficile. Nous souhaitons travailler avec les écoles. »

Un titre mais pas d’accession…

Chez les plus grands, le succès a vite été au rendez-vous. Au terme de sa première saison depuis sa mise en sommeil en 2014, l’équipe a décroché le bouclier de champion Sud-Paca de Troisième Série. « Nous sommes repartis avec une nouvelle génération, explique le président. Beaucoup de joueurs sont venus s’amuser ici plutôt que d’évoluer à des niveaux supérieurs. Il y a quelques gamins qui ont joué en Fédérale 2. »

C’est le cas notamment d’Anthony Aicardi (34 ans), passé en Fédérale du côté de La Valette, La Seyne, Solliès-Pont. « Nous faisons partie de la dernière génération formée ici, rappelle le joueur, qui donne aussi la main dans l’administratif. Avec deux ou trois anciens, nous avons eu envie de relancer une équipe. Il y a de la demande dans ce quartier populaire. Il y a un peu la même identité qu’au Mourillon. »

Entraîné par Julien Dominici, cousin de Christophe, l’équipe a donc soulevé un bouclier et cédé seulement contre Canet-Roussillon, futur finaliste, en huitièmes de finale du championnat de France. Le seul bémol est que le club devra repartir en Régionale 3 la saison prochaine, alors qu’il espérait que son titre acquis en Troisième Série lui permette d’évoluer au niveau supérieur.

Les Toulonnais vont retrouver les mêmes adversaires, l’effet de surprise en moins, avec l’étiquette de favoris sur les épaules. Peu importe le résultat des plus grands, le rugby revit dans le quartier du Pont-du-Las, et c’est bien l’essentiel.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien Fiatte
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?