L’engagement montalbanais récompensé

  • Maselino Paulino et les Montalbanais ont gagné la bataille de l’engagement face à Perpignan. Photo Aurélien Delandhuy
    Maselino Paulino et les Montalbanais ont gagné la bataille de l’engagement face à Perpignan. Photo Aurélien Delandhuy
Publié le

Ce vendredi, Montauban s’est offert le scalp de l’USAP à Sapiac, au terme d’un match marqué par un bel engagement (22-19). Les Montalbanais se sont rassurés quant à leurs capacités.

Pas mal d’équipes de Pro D2 pourraient envier cette saison l’effectif de Montauban. Il faut dire que les Tarn-et-Garonnais ont désormais de quoi voir venir, grâce à un recrutement ambitieux et l’arrivée de plusieurs joueurs de gros calibre. Inutile donc de vous dire que l’USM a des ambitions, et qu’elle l’a déjà un peu prouvé ce vendredi à Sapiac, en empochant leur deuxième victoire en deux matchs amicaux. Cette fois-ci, c’est une écurie de Top 14, Perpignan, qui s’est cassée les dents au stade Sapiac (22-19). « C’était un match plutôt bon dans l’engagement et l’intensité, félicitait le troisième ligne Quentin Witt, qui fait partie des joueurs importants recrutés par Montauban cet été. On est très contents d’avoir rivalisé physiquement et dans la densité face à une équipe de Top 14 ». Ce que dit ici l’ancien Provençal n’a rien d’anodin, puisque c’est avec une équipe très sérieuse que l’Usap avait débuté cette rencontre. Les Acebes, Mamea Lemalu ou autre Mahu étaient bien sur la pelouse pour donner quelques coups de casques aux Vert et Noir. Mais les locaux, piqués sur leur engagement par David Gérard la semaine dernière face à Narbonne, ont su répondre en distribuant quelques timbres, notamment au cours d’une deuxième période assez dense. « On avait vraiment envie de montrer notre valeur. David nous a un peu piqué et aujourd’hui l’ADN de ce groupe, c’est quand même le défi physique. On avait à cœur de se rattraper et d’avoir des certitudes pour le début du championnat », soulignait Witt.

Une fin de match sous tension

David Aucagne, nouvel entraîneur de l’attaque montalbanaise, corroborait : « Le tempérament qu’on y a mis était intéressant, il avait de la volonté. Après, il y a encore pas mal de déchets ». Parmi ces petites choses à rectifier, nous pouvons citer la touche, pourtant si impériale la saison dernière. Aussi, quelques errements défensifs ont été vus en première mi-temps, tandis que du déchet offensif s’est invité lors du second acte. D’ailleurs, les deux mi-temps - pour lesquelles les équipes étaient totalement différentes - n’ont en rien été semblables. Si le jeu était d’abord ouvert (quatre essais en première mi-temps), l’engagement physique a pris le dessus en fin de partie. Au summum de cette densité, il y a finalement eu ces dernières minutes qui n’ont rien eu d’amicales. Un début d’échauffourée à d’abord éclaté, alors que les équipes étaient dos à dos (19-19) et que le match allait se terminer. Le Perpignanais Tuilagi écopait à ce moment-là du seul carton du match et était pénalisé dans son camp. Alors qu’aucune pénalité n’avait été tentée jusqu’alors, les Vert et Noir décidaient de prendre les points, pour assurer une victoire. Chose faite par le néo-Montalbanais Tedo Abzhandadze, avec l’aide du poteau. « On prend les points parce qu’on veut jouer la gagne », lâchait simplement Quentin Witt à propos de ce choix. Résultat, les Montalbanais étaient récompensés de leur engagement et décrochaient un succès anecdotique, mais pas pour autant inutile. Avant la réception de Castres la semaine prochaine, mais surtout celle de Nevers pour la première journée de championnat, les Sapiacains se sont rassurés quant à la qualité mais aussi la densité de leur effectif. Pourvu que ça dure…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Yanis GUILLOU
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?