Nouvelle-Zélande : Ne les enterrez pas trop vite !

  • Quinn Tupaea et les Néo-Zélandais ont repris leur marche en avant après quelques semaines difficiles. Photos Icon Sport
    Quinn Tupaea et les Néo-Zélandais ont repris leur marche en avant après quelques semaines difficiles. Photos Icon Sport
Publié le

Les All Blacks ont répondu à toutes les critiques par un succès superbe, riche de quatre essais, dont une relance de 80 mètres conclue par Havili. Leur sûreté sous les chandelles a sans doute fait pencher la balance.

Ça semblait tellement écrit d’avance, que ça n’est pas arrivé. Les All Blacks de Ian Foster n’ont pas perdu leur quatrième rencontre de suite. L’avalanche de critiques qui s’est abattue sur le pauvre technicien ne l’aura pas enseveli. Ni lui, ni ses joueurs d’ailleurs, qui apparemment, ne lui ont pas retiré leur soutien.

Les Néo-Zélandais ont triomphé en marquant quatre essais et en menant au score pendant 74 minutes sur 80, malgré la pression de la foule de Johannesbourg. Ils ont scellé leur victoire par un essai magnifique conclu d’une seule main par David Havili (74e). Quelle relance de Jordan sous une chandelle des Springboks qui se voulait pressante ! Depuis leurs 22 mètres, les Néo-Zélandais sont parvenus à renverser la pression avec Mo’unga puis Rieko Ioane pour finir dans l’en-but adverse.

Un essai extraordinaire à quatorze

On précise qu’ils jouaient alors à quatorze après le carton jaune de Beauden Barrett, auteur d’une obstruction grossière sur Hendrickse pour annihiler un essai qui semblait inévitable (mais l’arbitre refusa d’accorder un essai de pénalité car il restait encore un défenseur entre le Sud-Africain et la ligne). Le match s’est peut-être joué là-dessus, c’est sûr, mais ça n’enlève pas la qualité du bilan Néo-Zélandais : quatre essais construits avec de la vitesse et de l’inspiration, mais aussi le travail de Ardie Savea, numéro 8 tout-terrain. Il fit la passe décisive pour Havili, on le vit aussi ratisser un ballon crucial à un moment où les Springboks avaient refusé de prendre les points pour marquer un essai coûte que coûte (autour de la 53e minute).

En fait, ce match fut plein de rebondissements avec un essai superbe refusé à Mapimpi après un exploit personnel de Lukanhyo Am, percée impériale, plus passe d’école. Mais une petite obstruction de Hendrickse conduit M. Pearce à annuler ce chef-d’œuvre (56e), mais s’il avait été accordé, l’essai suivant toujours aplati par Mapimpi n’aurait pas vu le jour (grattage de Marx et transformation ultra-rapide au large).

Les Springboks regretteront un plaquage après le coup de sifflet de l’arbitre de Jasper Wiese sur Aaron Smith, geste parfaitement gratuit qui retourna une pénalité et offrit trois points à Mo’unga. Il n’y avait que 13-15 à ce moment-là.

Si l’on tente, à chaud, un bilan de la performance des hommes en noir on notera que le talonneur des Chiefs Samisoni Taukei’aho et l’avant-aile côté fermé Shannon Frizell (Highlanders) ont proposé de solides charges pour mettre leur équipe dans l’avancée. La touche des All Blacks commandée par Sam Whitelock, fut aussi vitale. Mo’Unga aussi a impressionné pour sa première titularisation de la saison. Il a mis ses trois-quarts dans un cocon avec sa longueur de passe et son sens du jeu au pied tactique.

Jordan et Jordie Barrett impeccables

sous la pression

On retiendra aussi la performance de Will Jordan et de Jordie Barrett capables de réceptionner les chandelles les plus vicieuses, ce fut une façon de contrer le jeu habituel des Boks qui passe beaucoup par les « quilles »de Handré Pollard.

On aura aussi une pensée pour le capitaine Sam Cane, pas mal « assassiné »lui aussi par la vox populi, auteur du premier essai. On n’essaiera pas de décrire ici tous les mouvements de classe de ce match, on rappellera qu’Am replacé très tôt à l’aile est un attaquant hors pair et que le centre Rieko Ioane pas très élégant par sa coiffure, mais par ses courses, a bien mérité le titre d’homme du match. À quatorze, avec une belle force de caractère, les All Blacks ont cloué le bec de ceux qui s’étaient lâchés sur les réseaux sociaux.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?