Pau sans briller, sans trembler

  • Les Palois de Thibault Daubagna ont remporté cette première opposition amicale de présaison sans trop trembler. Il reste du travail mais les hommes de Piqueronies sont dans les temps. Photo Stéphanie Biscaye
    Les Palois de Thibault Daubagna ont remporté cette première opposition amicale de présaison sans trop trembler. Il reste du travail mais les hommes de Piqueronies sont dans les temps. Photo Stéphanie Biscaye - Stéphanie Biscaye
Publié le

Les Béarnais se sont imposés nettement en apparence, pour leur reprise. Mais le score face à un adversaire de Pro D2 ne dit pas tout du contenu du match. Sébastien Piqueronies était le premier à reconnaître que son équipe avait été dominée dans les regroupements.

Difficile de se faire une idée précise du niveau d’une équipe à l’occasion d’un match de reprise. Mais le score est là : 22-0 et quatre essais à zéro. Mais il y avait c’est vrai une petite déception chez les suiveurs de la Section et même dans le staff. Les Béarnais ont marqué trois premiers essais quasiment semblables, deux ballons portés après touche, plus une phase approchante. Heureusement, Vincent Pinto offrit in extremis un essai aéré à la foule sur un service de Clovis Le Bail. Le score a semblé lourd pour les adversaires car Pau a été malmené par moments, mais l’équipe d’élite a eu la palme de l’efficacité, surtout dans le jeu dans l’axe, pas une surprise finalement.



« Avec une telle faiblesse au sol, on n’existera pas en Top 14 »

 


Ceci dit, les Palois ont réussi à garder leur ligne inviolée par une bonne défense sur les assauts de près, c’est en général un indicateur d’un bon état d’esprit, mais ça ne dissipait pas cette impression de légère déception. Évidemment, dans ce contexte il faut faire attention aux conclusions hâtives, mais Sébastien Piqueronies était le premier à pointer du doigt les insuffisances de son équipe : d’abord le nombre de pénalités concédées : treize à notre pointage. « Et surtout trois ou quatre pénalités que je qualifie de « rouge », c’est-à-dire des pénalités qui ne souffrent d’aucun problème d’interprétation. Il faut absolument les enlever de notre jeu. Pour un match de reprise, tout ça est insatisfaisant. » Le technicien béarnais abordait ensuite un autre sujet : « Aujourd’hui, nous avons été nettement dominés dans le jeu au sol. Nous avons même souffert de la comparaison. Il faudra se regarder dans la glace. Nous nous sommes fait gratter des ballons et nous avons subi les libérations rapides des Biarrots. Nous n’avons pas su les contester, les rendre pénibles. Ils ont donc pu facilement accélérer et nous mettre en difficulté. En Top 14, avec une telle faiblesse, on n’existera pas. »
Restaient tout de même les zéro point encaissé, les zéro essai plutôt puisque les pénalités n’ont pas été tentées dans ce qui était d’ailleurs un « entraînement dirigé » vu la question des licences bloquées du BO. « Oui, notre défense fut un énorme point positif. Nous avions de bons repères malgré notre peu de vécu ainsi qu’un bon état d’esprit. » On a aussi remarqué que les Palois ont construit peu d’actions construites capables de déborder un adversaire promis à la Pro D2. La Section a aussi eu beaucoup de mal à lancer le jeu, surtout en première période à cause entre autres d’une conquête perturbée en touche Piqueronies en convenait : il y aura donc beaucoup de points à affiner cette semaine. On conservera malgré tout quelques images de cette rencontre qui n’était pas tout à fait un match classique, mais une opposition dirigée. Les démarrages électriques de Thibaut Debaès par exemple, l’ouvreur formé au club qui aura sa carte à jouer après le départ de son prédécesseur Hastoy.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?