Top 14 - Saga Stade français - Gonzalo Quesada : « Nous avions besoin de plus de complémentarité »

  • Vent de changements dans le staff de Gonzalo Quesada qui espère faire mieux que la saison dernière
    Vent de changements dans le staff de Gonzalo Quesada qui espère faire mieux que la saison dernière Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Après une saison décevante, le technicien argentin et sa direction ont décidé d’une nouvelle organisation dans le staff technique. Un encadrement qui s’attache d’abord à construire une identité propre à Paris.

Êtes vous satisfait de votre recrutement ?

Nous avions besoin d’un groupe de joueurs avec un autre état d’esprit. Tous les joueurs que nous avions ciblés devaient d’abord, si possible, être Jiff et ensuite coller à l’état d’esprit que l’on souhaite insuffler à notre équipe. Nous avons donc été chercher des revanchards, des joueurs qui ont faim, qui viennent chercher une étape importante de leur carrière au Stade français. Nous avons besoin de construire une identité avec ces joueurs-là.

Par le passé, le Stade français s’est toujours illustré grâce à des joueurs à fort caractère. Le club a-t-il perdu cette identité ?

Depuis que je suis revenu, nous nous attachons à recruter uniquement des joueurs chez qui l’on sent une réelle volonté de venir au Stade français. Nous voulions des joueurs de caractère.

À l’image de Morgan Parra ?

Avec Morgan, nous avons passé quatre ans à travailler ensemble avec l’aboutissement de la Coupe du monde 2011. Je le connais très bien : il n’est pas le champion de la musculation, mais c’est un vrai compétiteur. Il sait ce que l’on peut accepter et ne pas tolérer dans une préparation. Il va vraiment nous apporter son expérience et des garçons comme James Hall et Arthur Coville vont progresser.

Vous avez étoffé votre staff, notamment avec l’arrivée de Paul Gustard. Qu’attendez-vous de lui ?

Nous avions besoin de plus de complémentarité. Je vais me concentrer sur la direction globale du projet. Ensuite, chacun a vu ses prérogatives bien définies. Julien Arias s’occupera uniquement de l’attaque, Laurent Sempéré de la conquête et de la zone de ruck, Paul Gustard de la défense. Cobus Potgieter qui a une vision très intéressante et une connaissance au niveau de la formation remarquable nous apportera son expérience. Enfin James Kent, qui était déjà présent au club, a des qualités sur l’analyse de la performance et tout ce qui touche aux skills. L’entraînement sera géré par ces coachs. Cette organisation va m’offrir plus de temps pour échanger au quotidien avec les joueurs et les autres membres du staff. L’an passé, ce temps m’a fait défaut. Et le club avait besoin de cette nouvelle organisation.

Mais Gustard n’aura-t-il pas un rôle plus important en raison de son expérience ?

Non, tous les coachs seront au même niveau, chacun dans ses prérogatives. Maintenant, je reconnais qu’il aurait été difficile de trouver mieux que Paul Gustard. Nous n’avions jamais entraîné ensemble mais je savais qu’il était l’entraîneur qu’il nous fallait absolument. Il a une expérience immense, mais il aura besoin de Laurent et Julien qui ont une parfaite connaissance du club et du Top 14.

Toutefois, dans l’histoire du Stade français, rares sont les entraîneurs étrangers à avoir réussi…

Oui, mais vous parlez des managers ! Et ça n’a pas toujours été vrai. Nick Mallett a gagné deux titres. Et quand Fabien Galthié a eu de bons résultats, c’était avec un adjoint qui s’appelait Steve Meehan. Souvenez-vous également de 2015. Lorsque nous avons été champions de France, nous avions un staff avec Jeff Dubois, Adrien Buononato mais aussi Simon Raiwalui. C’est un mec qui a grandi en Australie, qui a été capitaine des Saracens, qui a joué au Racing. Bref, un coach à la richesse exceptionnelle. Je crois au mélange des cultures. Un manager en poste n’a pas le temps d’aller voir ailleurs, de s’enrichir de nouvelles méthodes, de poursuivre sa formation. Or, pour grandir, pour progresser, nous avons besoin de ça. Je suis d’ailleurs convaincu que ce sera précieux pour Laurent et Julien. Entre eux et moi, la connexion est parfaite. Ils m’ont connu en tant que joueur, ils connaissent ma méthode. Mais côtoyer Paul Gustard au quotidien va leur permettre de progresser dans leur fonction. Leurs différences, c’est ce qui va nous permettre de construire. Et d’être plus performant. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?