Top 14 - Saga Toulouse : Ange Capuozzo : « Toulousain-compatible » à 100 %

  • Ange Capuozzo arrive devant une montagne de défis au Stade toulousain.
    Ange Capuozzo arrive devant une montagne de défis au Stade toulousain. Stade toulousain rugby - Stade toulousain rugby
Publié le

Ange Capuozzo – Ailier-arrière de Toulouse à 23 ans, l’international italien débarque à Ernest-Wallon pour confirmer et exprimer un potentiel des plus prometteurs.

« Comme un certain Vincent Clerc, issu également de Grenoble, Ange possède le profil idéal pour jouer au Stade toulousain. » Lors de l’annonce de la signature d’Ange Capuozzo au Stade toulousain, Didier Lacroix avait dressé le parallèle que tous les nostalgiques des années 2000 avaient déjà établi. Clément Poitrenaud en sourit : « Le rapprochement avec Vincent est inévitable », évoque le technicien, partenaire de longue date du glorieux ailier.

La tentation de la comparaison vaut aussi avec Cheslin Kolbe, pour les mensurations (1,77, 82 kg pour Capuozzo, 1,71 m, 78 kg pour Kolbe), le style de jeu et la polyvalence ailier-arrière des deux flèches. En un sens, l’international italien se pose en successeur du Springbok, avec un an d’intervalle, dans le registre de l’ouvreur d’espaces. Son discours, dans l’interview fleuve qu’il avait accordée à Midi Olympique au printemps, résonne comme celui du Sud-Africain, lui aussi un temps perçu comme trop petit, trop frêle pour percer au plus haut niveau : « Je ne veux pas dire que c’est une revanche, car je ne suis surtout pas aigri mais ce qui m’amuse, c’est que ce qui a toujours été mon point faible dans les catégories de jeunes est soudainement devenu ma marque de fabrique, mon point fort. »

« Il fait preuve d’une certaine maturité »

Ange Capuozzo arrive dans la Ville rose avec l’ambition de repousser encore ses limites et de marcher dans les pas de ces illustres prédécesseurs. S’il a principalement évolué en Pro D2 jusqu’en présent, ses qualités et ses capacités sont déjà connues de tous : « C’est un jeune joueur encore perfectible qui a déjà montré des choses hyperintéressantes en club et en sélection. Nous sommes très contents de l’accueillir. On espère qu’il va exprimer tout son potentiel chez nous. »Ses appuis et son explosivité devraient redonner de l’élan et de l’allant à des lignes arrière stadistes en perte de vitesse l’an passé. À condition de passer le cap. Ce dont son nouvel entraîneur ne doute pas : « Il est jeune mais fait preuve d’une certaine maturité. Il a des objectifs clairs qu’il aborde avec humilité. » À 23 ans, le natif de Pont-de-Claix saute dans le grand bain avec plus d’envie que d’appréhension : « Je n’aurais peut-être pas été prêt il y a encore quelques mois. Comme je n’ai pas connu les centres de formation, les pôles, les sélections, j’ai toujours été à Grenoble et j’aurais peut-être appréhendé de quitter ma ville si tôt. Mais aujourd’hui, cette perspective m’excite. J’ai profondément envie de découvrir quelque chose de nouveau, d’être stimulé par un nouveau challenge, un nouvel environnement. J’en ai besoin et pas seulement dans le rugby. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?