Saga amateurs - Saint-Denis : le plan dyonisien a fonctionné

  • L'équipe première de Saint-Denis a repris le 1er août avec pratiquement tout son effectif. Elle semble prête à disputer sa place en Fédérale 1.
    L'équipe première de Saint-Denis a repris le 1er août avec pratiquement tout son effectif. Elle semble prête à disputer sa place en Fédérale 1. Photo DR
Publié le

Après une saison éprouvante sans aucun succès, le club de Saint-Denis a mis en œuvre les moyens d’exister en Fédérale 1.

Le club de Saint-Denis avait décidé d’un plan assez périlleux pour se faire une place en Fédérale 1, dans la nouvelle mouture des championnats fédéraux. Ses dirigeants avaient saisi la saison dernière l’invitation administrative de la fédération lancée en dernière minute à venir jouer dans la division. Quand ils l’avaient accepté au mois de juin, ils savaient que leur saison serait vraiment difficile, avec une équipe taillée pour la Fédérale 2, et un groupe de joueurs toujours en espadrille quand les autres débutaient leur préparation. Mais dans la mesure où la réorganisation des compétitions annulait les relégations, ils pariaient que cette saison difficile leur servirait à préparer le maintien de la saison suivante. Et ils ont réussi leur pari. Au moment de lancer le deuxième acte de leur plan, le bilan de leur action est très cohérent. La saison s’est avérée difficile au-delà des craintes. Dans le groupe le plus relevé de la compétition, qui a fourni au championnat son champion de France (Rennes), un demi-finaliste (Périgueux), et la bagatelle de six promus en divisions supérieures, Saint-Denis n’a pas existé. Sans aucun succès remporté, la saison a suivi le chemin d’une longue épreuve de force morale et physique. Mais quelques semaines après cette traversée du désert, les Dyonisiens sont en mesure de bomber le torse, et de faire valoir que leur mode opératoire vaut bien les dynamiques vertueuses des clubs promus, et de leur parcours en championnat de France. Des évolutions rapides ont eu lieu.

Un accent suresnois

Depuis 2020, le changement de majorité à la mairie avait bénéficié au club pour réorienter sa direction économique. Dans la perspective de la Coupe du monde de rugby en 2023, et celle des JO en 2024, dans le foisonnement de l’activité immobilière intense qui se joue dans la ville du stade de France, les dirigeants dyonisiens disent apprécier la nouvelle formule du soutien municipal, historiquement très élevé, dirigée vers l’accompagnement auprès des entreprises. Elle leur a permis de doubler le niveau de leur partenariat, pour le gonfler à 700 000 euros. La saison prochaine, le soutien de leur mairie, toujours très important, se limitera au tiers de leur budget prévisionnel. "C’est une évolution nécessaire, qui nous a permis d’agir avec plus d’aisance, commente le président Olivier Glévéo. Une bonne part de ces nouvelles ressources vont nous aider à dynamiser notre action chez les jeunes. Nous sommes en retard, nous avons beaucoup de travail à faire. Pour l’équipe première, nous avons pu construire notre équipe très tôt, ainsi que son cadre de travail. Il est certain que la saison dernière a été difficile, mais nous avons pu mettre en place tout ce dont nous avions besoin pour cette deuxième saison." S’agissant de leur structure de travail, les Dyonisiens recevront bientôt une salle de musculation. Un médecin du sport suivra l’équipe toute la saison. Un kiné et un analyste vidéo suivront aussi tous les matchs. S’agissant de la construction de leur équipe, la venue de Peter Frare, l’ancien manager de Suresnes, a facilité la venue de cinq joueurs suresnois, qui sortent tous d’une saison complète en Nationale. Le pilier N’Diaye, les troisième ligne Fardoux et Rabord, l’ouvreur Ford, et l’ailier Malyon, seront des renforts considérables. La prise de guerre du capitaine de Sarcelles Demba Kané est aussi un bon indice dans l’ordre des moyens de lutte au sein de leur futur groupe. Mise au pilori pendant une saison complète, l’équipe de Saint-Denis se présentera pour sa deuxième saison en Fédérale 1 avec d’autres moyens d’action.

Saint-Denis Rugby Club

Date de création : 1941

Nombre de licenciés : 280

Plus haut niveau atteint : Fédérale 1

Palmarès : néant

Budget : 1,2 million d’euros

Parcours 2021-2022 : Fédérale 1, dernier de la poule 1

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Guillaume Cyprien
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?