Top 14 - Montpellier soigne sa cohésion en Corse

  • Les Montpelliérains de Marco Tauleigne sont engagés dans une course contre la montre après une reprise tardive liée à leur titre de champion de France.
    Les Montpelliérains de Marco Tauleigne sont engagés dans une course contre la montre après une reprise tardive liée à leur titre de champion de France. Icon Sport
Publié le

Toujours engagés dans leur course contre la montre, les Héraultais ont profité de leur stage en Corse pour soigner leur condition physique, identifier leurs leaders, et cultiver leur cohésion.

Vous le savez, le Montpellier Hérault Rugby est la dernière des équipes du Top 14 à avoir repris le chemin de l’entraînement. Normal, puisque les Cistes ont été sacrés champions de France et que leur saison dernière a, par définition, duré plus longtemps que les autres. Malgré tout, ils ont repris presque une semaine plus tard que leurs rivaux en finale, le Castres olympique.

Voilà pourquoi les Cistes n’ont pas de temps à perdre : « C’est une course contre la montre, avec un départ en retard, nous confiait en milieu de semaine le coentraîneur Olivier Azam. Mais on le savait, on l’avait anticipé. Pour l’instant on avance bien, mais on doit valider des points de passage. »

Quand nous étions allés les voir au GGL Stadium pour leur deuxième jour de reprise, les Montpelliérains encaissaient de très lourdes séances mêlant course et ballon pour retrouver une forme optimale après cinq semaines de congé bien méritées : « Nous faisons toujours pas mal de physique, précisait Azam. Les garçons ont besoin de retravailler, de retrouver le rythme. »

Côté infirmerie, les nouvelles sont bonnes : seul Jan Serfontein effectue sa rééducation après une opération de l’épaule, tandis qu’Enzo Forletta, Greg Fichten et Paul Willemse sont en reprise. Arthur Vincent est légèrement ménagé.

Huit leaders identifiés

Les Cistes travaillent dur donc, mais pas que. Car « le maître-mot de ce stage, c’est la cohésion", rappelle l’entraîneur des avants. « On veut que les garçons passent le maximum de temps ensemble, qu’ils partagent des activités… On a créé quatre équipes, et on fait des challenges. Ce sont des épreuves fun, du type Intervilles, pour que les mecs rigolent ensemble. Les nouveaux doivent faire des petites choses en plus, comme passer en premier sur les épreuves ou faire des petits sketchs. On veut les mettre en avant. Le bien-vivre ensemble, c’est important », insiste Olivier Azam.

Les Héraultais ont également avancé sur leur fonctionnement : « Les joueurs ont fixé les règles de vie, et on a identifié un groupe de huit leaders sur lequel on s’appuiera tout au long de l’année, comme nous l’avions fait l’année dernière. » Avec les départs de plusieurs joueurs emblématiques, ce groupe a forcément changé. En revanche, le MHR ne devrait pas changer de capitaine, l’exemplaire Yacouba Camara gardant ses prérogatives.

Contre Lyon, le staff attend deux choses : « L’état d’esprit, et la discipline. Ça, ce n’est pas négociable, pose Azam. C’est un match de reprise et ce ne sera pas parfait, loin de là. On va procéder à une grande revue d’effectif pour voir les nouveaux et tester les jeunes que nous avons intégrés. On peut tomber quinze ballons mais on ne peut pas se permettre de faire la moindre concession sur l’état d’esprit. »

Le groupe du MHR

Tauleigne, Thomas, Chauvac, Haouas, Verhaeghe, Doumenc, Nouchi, Greyling, Giudicelli, Maurouard, Uhila, Van Rensburg, Tabarot, Dakuwaqa, Duguid, Chalureau, Lamositele ; Aprasidze, Coly, Carbonel, Garbisi, Foursans, Doumayrou, Lucas, Darmon, Reilhac, Lam, Ngandebe, Bouthier, Tisseron, Rocher, Eymeri, Vallée.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?