Top 14 - L’UBB veut une vision commune

  • L’entraîneur Frédéric Charrier justifie l’importance de fédérer joueurs et staff autour d’un même projet. C’est pourquoi la cohésion fut un maître mot lors de cette préparation d’avant-saison. Photo Icon Sport
    L’entraîneur Frédéric Charrier justifie l’importance de fédérer joueurs et staff autour d’un même projet. C’est pourquoi la cohésion fut un maître mot lors de cette préparation d’avant-saison. Photo Icon Sport Icon Sport
Publié le

En passant une semaine à Saint-Lary, les Bordelais avaient forcément pour objectif de resserrer les rangs avant un premier match de préparation face à Bayonne.

Non, ces derniers mois n’ont pas été calmes du côté de Bordeaux. Malgré de plutôt bons résultats – une demi-finale de Top 14 tout de même – l’Union Bordeaux-Bègles a fini sa saison en eau de boudin. Une tension qui s’est poursuivie au début de l’intersaison, avec notamment l’affaire Cameron Woki et son transfert rocambolesque au Racing 92, le dernier jour des mutations. Mais ce qui appartient au passé doit maintenant être oublié et c’est une nouvelle cuvée qui attend les Bordeaux & Blanc dans quelques semaines seulement.

Alors outre la classique préparation physique, dont la recette varie au final assez peu entre les clubs, les Girondins ont mis l’accent sur la cohésion cet été. Après une semaine baptisée "un pour tous, tous pour un", c’est cette fois lors d’un stage à Saint-Lary que joueurs et staff ont pu vivre ensemble quelques jours pour nouer (ou renouer) des liens. À 800 mètres d’altitude, la station des Hautes-Pyrénées s’est mise en quatre pour leur offrir d’excellentes conditions de travail.

« C’est sûr que cette semaine, on passe des moments ensemble. Ça nous permet de mettre en place notre projet avec ce qu’on appelle la vision », détaillait Frédéric Charrier, l’entraîneur des trois-quarts bordelais. "La vision", sujet de plusieurs réunions dans la semaine sera d’ailleurs au cœur du projet girondin cette année. « La vision, c’est un projet sur lequel on va s’appuyer toute la saison, présentait Charrier. Il y a des réunions où on commence à réfléchir sur certains points de notre fonctionnement et où on demande aux joueurs de réagir à cela. C’est plus facile à faire cette semaine vu qu’on est tous ensemble. On va pousser ça jusqu’au début de la saison. »

Un effectif quasiment au complet

Ces derniers jours à Saint-Lary, tout en préparant le premier match amical, contre Bayonne samedi, permettent aussi de travailler avec un effectif plein. Les internationaux français Jolmes, Lucu, Moefana et Jalibert sont de retour dans un groupe où il ne manque plus que les internationaux argentins Guido Petti et Santiago Cordero, ainsi que Ben Tameifuna, lequel a terminé tard sa saison avec les Tonga.

« On a mis l’accent sur la partie rugby, puisqu’on est quasiment sur une semaine type d’entraînement, confirmait Charrier. Pouvoir travailler à effectif complet nous permet de lancer la deuxième partie de la préparation. » Une préparation qui aura beaucoup plus l’odeur du terrain désormais, puisqu’outre les mises en place d’entraînement, les Bordelais se déplacent donc samedi sur la pelouse de Jean-Dauger. Un match auquel ne prendront pas part les nouveaux arrivés de la semaine mais qui aura le mérite de permettre au staff d’avoir une autre vision de son effectif.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Yanis GUILLOU
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?