Grégory Le Corvec (Hyères-Carqueiranne-La Crau) : « Nous sommes en mission »

  • L'ancien Perpignanais Grégory Le Corvec veut amener ses joueurs vers le maintien.
    L'ancien Perpignanais Grégory Le Corvec veut amener ses joueurs vers le maintien. Manuel Blondeau / Icon Sport - Manuel Blondeau / Icon Sport
Publié le

Après une saison dernière exceptionnelle, l’ex-troisième ligne s’attèle à la tâche pour rivaliser en Nationale. Un challenge aussi bien sportif que structurel pour le petit Poucet du championnat.

Quel a été le principal chantier de l’intersaison ?
Le plus important était de conserver les joueurs qui étaient là. Cinq à six joueurs sont présents dans cette aventure depuis la Fédérale 2. On veut rester dans une dynamique de travail. Certains regardent uniquement la belle saison de l’année dernière. Nous, on fait du travail sur le long terme, et on a su s’accrocher durant les années Covid. L’an dernier, on a eu la récompense. On a des garçons qui sont à la hauteur de la Nationale.

Quelle a été votre stratégie sur le recrutement ?
On a voulu récupérer des joueurs du cru, notamment certains qui ont été formés à Toulon. Je pense notamment à Cazac ou Miglietti. Ça nous semblait important de récupérer des joueurs qui ont cet ADN. On leur donne l’occasion de revenir auprès des leurs, et on sait qu’ils seront le rendre. On a voulu aussi amener de l’expérience avec Brousse et Sage. Ce sont clairement des joueurs de Pro D2. Enfin, on veut lancer des joueurs à fort potentiel qui ont fait quatre ou cinq apparitions dans le monde professionnel. Tout ça fait qu’on a un effectif homogène.

Quelle sera la clef de cette première saison ?
Le premier bloc sera fondamental notamment avec les réceptions de Bourgoin et Albi. On doit montrer tout de suite que notre club est prêt à rivaliser à ce niveau. On doit être à la hauteur. Pour que ce projet perdure, on doit laisser deux clubs derrière nous. Nous sommes en mission. Si on regarde le classement de la Nationale, nous sommes quatorzièmes. Rennes nous a battus en finale. On part dernier. Maintenant, en plus de bien travailler au quotidien, on doit faire preuve d’une solidarité sans égale. On doit être là au combat et ne jamais rien lâcher.

Votre complexe d’entraînement connaît des aménagements, qui seront terminés au milieu de la saison. Disposez-vous des structures pour perdurer en Nationale face à des clubs professionnels ?
Nous sommes en retard sur nos structures par rapport aux adversaires. Des équipes ont connu le très haut niveau. Nous, le haut niveau, c’était il y a 40 ans ! Mais, le projet avance grâce aux collectivités. Vers février, un nouveau bâtiment verra le jour avec une salle de musculation, des bureaux pour nos administratifs, et une salle de réception pour nos partenaires. On aura une plus grande visibilité et du confort. Ces petits plus vont nous permettre, à terme, de lutter avec de meilleures armes. On se doit de tout optimiser pour être présents dans la lutte ! Car, on le sait, pour continuer notre progression et notre structuration, il nous faut des résultats sur le terrain. Propos recueillis par Ma. M.
 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Mathias Merlo
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?