Amical - La jeunesse de Perpignan saisit l’aubaine

  • Avec trois essais d’espoirs et une belle tenue collective, le Racing 92 a donné un bon premier aperçu de ses dispositions collectives et de son vivier.
    Avec trois essais d’espoirs et une belle tenue collective, le Racing 92 a donné un bon premier aperçu de ses dispositions collectives et de son vivier. Icon Sport
Publié le

Avec trois essais d’espoirs et une belle tenue collective, le Racing 92 a donné un bon premier aperçu de ses dispositions collectives et de son vivier.

En comparaison du XV type présenté dans cette édition (en page 13), il manquait une bonne moitié de titulaires en puissance dans les rangs du Racing 92. « Nous n’avons pas Trevor Nyakane, qui reviendra en octobre, Veikoso Poloniati, qui sera là au 1er novembre, Nolan Le Garrec, Virimi Vakatawa, Max Springs, Warrick Gelant et Juan Imhoff, énumère Laurent Travers. La semaine prochaine, j’intègre Ibrahim Diallo aussi. »

Les spectateurs d’Aimé-Giral ont pourtant retrouvé une armada francilienne très conquérante, dans la continuité d’une saison qui l’avait vue terminer meilleure attaque du Top 14, avec 661 points. Très précis et lucides à l’approche des zones de marque, Henry Chavancy et ses partenaires ont inscrit quatre essais et auraient pu en marquer d’autres : à ce petit jeu, les espoirs s’en sont donné à cœur joie.

Trois des réalisations du soir ont été l’œuvre de la relève : Paul Leraitre (21 ans) et Logan Tabet (20 ans), en bout de ligne, puis Maxime Baudonne (20 ans), sur une accélération au cœur du jeu, ont saisi l’aubaine. Offensivement, avec notamment un Asaeli Tuitavaka dont le surnom de « tank » correspond à la réalité, les Franciliens ont fait preuve d’un allant des plus prometteurs. « Sur les turnovers, on peut être plus efficaces, souligne le directeur général du rugby. Il y a besoin de travailler notre jeu de transition, on est capable d’être meilleurs. »

Si tout n’est pas encore synchronisé, le technicien retire de gros points positifs de cette première représentation générale : « Je suis satisfait par rapport à l’intensité et à l’état d’esprit de l’équipe, avec une jeunesse sur laquelle le staff avait fait le choix de miser. Il y avait énormément de jeunes afin qu’ils puissent s’exprimer et connaître le haut niveau. On a mélangé un peu tout le monde. Il y a des bases qui sont solides. »

« Woki comme un poisson dans l’eau »

Il est un autre jeune dont le public a suivi de près les premiers pas en ciel et blanc : Cameron Woki, 23 ans, apparu en fin de première période, a étrenné ses nouvelles couleurs. « Il a l’air de se sentir comme un poisson dans l’eau, sourit Laurent Travers. Il connaissait déjà beaucoup de joueurs. Je pense que c’est quelqu’un qui est facile d’accès. Puis Paris, c’est sa ville. Et le Racing est un club dont il avait envie. Nous en sommes très satisfaits. Il est content de venir, on est content de le recevoir. Tout est lié. »

Cette prestigieuse recrue tardive ne devrait pas être la dernière. À l’aile, le Racing va encore se renforcer : « On aura une arrivée ce week-end et peut-être une deuxième dans très peu de temps. » Les jeunes devront profiter de la deuxième rencontre de préparation pour se montrer, vendredi, contre Brive. Car après, la concurrence sera des plus denses.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?