Vincent Etcheto (Soyaux-Angoulême) : « Chaque bonus grappillé aura son importance »

  • Vincent Etcheto détaille les ambitions du promu Soyaux-Angoulême.
    Vincent Etcheto détaille les ambitions du promu Soyaux-Angoulême. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Son équipe est souvent citée parmi les possibles reléguées. L’ancien technicien de Bordeaux et de Bayonne n’en fait pas une maladie. Il nous explique ce qu’un promu doit craindre et travailler pour sauver sa peau.

Notre sondage auprès des entraîneurs de Pro D2 n’est pas favorable à Soyaux-Angoulême. Est-ce que ça vous choque ?
Non, pas du tout. Quand on vient de Nationale, c’est normal.

Dans quels domaines, la différence est-elle la plus flagrante entre la Nationale et le Pro D2 ?
L’intensité peut-être, les impacts, car sur le jeu offensif en lui-même, la différence n’est pas extraordinaire… Sur les rucks aussi et dans la qualité du jeu au pied de pression, on note une différence. Ah oui, j’allais oublier les ballons-portés…

Les ballons portés ? Ça a l’air important pour vous…
Oui, car au cours de nos deux matchs amicaux, nous avons encaissé sept essais sur cette phase (face à Colomiers et Agen, N.D.L.R.). Ce n’est pas très original peut-être, mais il va falloir travailler pour résister à ça. Pour le reste, je n’ai pas été particulièrement impressionné par nos adversaires. J’ajoute que, en ce qui concerne les ballons portés, nous avions déjà des problèmes l’an passé et les entraîneurs le savent. Donc ils appuient là-dessus.

Est-ce particulièrement difficile de travailler les ballons portés quand on est technicien ?
Oui, c’est dur, car ça demande une implication totale et beaucoup d’agressivité. Et à l’entraînement, les joueurs ont du mal à reproduire ça car il y a toujours du respect entre des coéquipiers. Et puis, on travaille cette phase en opposition par définition et on a toujours peur de la blessure. Mais il est clair que notre grosse marge de progression se situe là. Il y a aussi la solution de la discipline, à nous de faire peu de fautes pour éviter à l’adversaire de nous approcher de notre ligne.

D’autres aspects vous ont-ils interpellé ?
Les zones de rucks évidemment, elles sont plus costaudes, qu’en Nationale. Beaucoup d’équipes de Pro D2 font leur beurre autour de ça, ça plonge de partout. Nous avons travaillé notre jeu offensif avec soin, mais nous nous sommes rendu compte sur nos replacements que les ballons ne sortaient pas bien, que l’assistant plaqueur adverse ne se sortait pas vite par exemple. Il faudra donc beaucoup travailler sur la question des regroupements pour espérer mettre en place notre rugby.

Plus généralement, beaucoup d’équipes sont citées dans notre sondage, est-ce que ça signifie que le championnat sera ouvert ?
Oui, bien sûr qu’il est ouvert. Mais je pense qu’il y aura finalement toujours un peu les mêmes clubs en tête. Ceci dit parmi les équipes que j’ai vues évoluer, j’ai trouvé que Béziers jouait bien au rugby. Je pense aussi que Biarritz a bien digéré sa descente. Nevers sera à la lutte, Colomiers aussi. Mont-de-Marsan a emmagasiné de la confiance pour finir dans les six. Oyonnax sera là aussi. J’en oublie peut-être. Aurillac va s’accrocher.

La longueur du championnat, avec ses trente matchs de saison régulière, est-ce une composante essentielle ?
Oui bien sûr, même si nous, nous ne visons pas les phases finales. Nous n’avons pas une équipe type que nous préparons pour la fin. Nous aurons besoin d’une émulation pour tous les vendredis soir. Chaque point de bonus grappillé aura son importance.

Que pensez-vous du cliché qui voudrait que pour jouer le maintien, il faut donner le maximum à domicile et négliger les matchs à l’extérieur ?
Je n’y crois pas trop. L’effet Covid a fait qu’il y a eu plus de victoires à l’extérieur qu’avant, toutes les équipes se sont rendu compte qu’elles pouvaient gagner partout. Et puis en 2020-2021, quand j’ai repris Soyaux-Angoulême en cours de saison, alors que nous allions mal, nous avions été capables de nous imposer à Aix-en-Provence et à Mont-de-Marsan et nous avions perdu chez nous face à Montauban, en manquant quatre coups de pied face aux poteaux.

 

Le détail des votes des entraîneurs de Pro D2

 

Qui sera relégué ?

Massy 12 votes
Soyaux-Angoulême 11 votes
Rouen 3 votes
Ne se prononce pas 1 club

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
leBison Il y a 3 mois Le 25/08/2022 à 16:32

On peut lui faire confiance à notre Vincent !.. Il apportera de son meilleur .