Saga Oyonnax : les Oyomen entre ambition et évolution

  • Les Oyonnaxiens ont été demi-finalistes trois fois lors des quatre dernières saisons.
    Les Oyonnaxiens ont été demi-finalistes trois fois lors des quatre dernières saisons. Icon Sport
Publié le

Le club de l’Ain aborde sa vingtième saison de professionnalisme avec des vues sur l’étage supérieur et la volonté de continuer à avancer

À l’évocation de la saison passée, Oyonnax Rugby peut de toute évidence faire rimer satisfactions et déception. C’est ce que fait avec une réelle objectivité le président Thierry Emin : « On a vu de belles choses, la révélation de certains jeunes talents, la confirmation d’autres, mais au final il y a une réalité que l’on ne peut occulter. Pour la troisième fois consécutive nous avons perdu une demi-finale. Nous devons faire mieux. »

Le cap est fixé et pour célébrer dignement sa vingtième saison dans le monde du rugby professionnel c’est une autre rime que le club de l’Ain veut mettre en avant, celle qui existe entre ambition et évolution.

La notion d’ambition tombe sous le sens pour un club qui a connu le Top 14 et qui fera tout pour le retrouver. « Nous voulons continuer à avancer avec la volonté de toujours faire mieux », résume le manager Joe El Abd en laissant deviner ce que ce "mieux", en forme de mot d’ordre, peut signifier. Le patron des Oyomen ne s’en tient pas à ce seul engagement : « Nous devons continuer à progresser, dans notre jeu, dans nos résultats, mais aussi, de manière plus globale, dans notre club, dans nos liens avec nos supporters. »

L’atout formation

Cette évolution multimodale, indissociable de la réalisation de ses ambitions, le club du Haut-Bugey l’a engagée. C’est avec une satisfaction non dissimulée que Thierry Emin met en lumière ce qui peut devenir un atout déterminant dans la course des Aindinois vers les sommets de la hiérarchie. « Nous avons beaucoup travaillé sur la formation des jeunes joueurs et aujourd’hui notre groupe professionnel est constitué pour pratiquement la moitié, 47 % exactement, de joueurs issus de notre filière. En lien avec l’association notre objectif est d’aller encore plus loin dans cette répartition en sachant que la qualité va de pair avec la quantité. » Les exemples de Thomas Laclayat et Enzo Reybier, appelés cet été avec l’équipe de France pour la tournée au Japon, témoignent de cette réalité.

Faire mieux, c’est aussi le principe retenu dans son rayonnement par le club de la Plastics Vallée. Depuis quelques années il a mis en place "l’Oyosphère", une structure qui vise à engager des partenariats avec des clubs amateurs. Au début, le rayon d’action de "l’Oyosphère" se limitait à l’Ain et aux départements limitrophes, comme le Jura ou la Haute-Savoie. Le projet trouve désormais une autre dimension, comme l’explique Dougal Benjaballah, le vice-président aindinois : « Oyonnax a vocation à devenir le club du Grand Est, d’Aubenas à Strasbourg. » La démarche, déjà conduite vers l’Ardèche et l’Alsace, se fera toutefois sans chasser sur les terres du Lou.

L’évolution touche aussi au nerf de la guerre. Si le budget général d’Oyonnax Rugby s’inscrit dans la stabilité, Thierry Emin et Dougal Benjaballah ne manquent pas de révéler d’une même voie "une augmentation de 7 % de la masse salariale".

Voilà qui ramène indirectement au sportif et à un recrutement ambitieux avec des joueurs d’expérience tels que Joe Ravouvou, Gavin Stark, Filimo Taofifenua, Steve Mafi…

Avec un renouvellement pour près d’un quart du groupe, la volonté d’évolution est clairement affirmée. « Nous voulons être encore plus efficaces dans notre jeu, en étant plus rudes. De par leurs profils, les joueurs recrutés répondent à cette exigence, affirme Joe El Abd, non sans ajouter un critère fondamental. Ils ont en eux les qualités des Oyomen. » 

Dans sa volonté d’évolution Oyonnax ne se coupera ni de ses valeurs, ni de ses racines. D’ailleurs le manager oyonnaxien formule une ultime ambition : « Faire à nouveau de Mathon une forteresse ! »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Pierre DUNAND
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
leBison Il y a 3 mois Le 25/08/2022 à 16:18

Allez , allez , concentré OYOMENS !... C reparti , cette fois ci . On essaie de nouveau de na pas trop sortir du podium tout au long de cet exercice 2002-2023 . Parce que U.S.O !.. GO le Haut-Bugey .