In Extenso Supersevens - Pau - Monaco en finale, bis repetita ?

  • Les Palois, vainqueurs de l’équipe perpignanaise, joueront à domicile ce samedi.
    Les Palois, vainqueurs de l’équipe perpignanaise, joueront à domicile ce samedi. Icon Sport
Publié le , mis à jour

À Perpignan comme à La Rochelle, nous avons eu droit à la même affiche en finale. Cette année, Palois et Monégasques semblent au-dessus du lot.

C’est à se demander où est passé le suspense. En ce mois d’août, deux équipes à 7 ne laissent rien aux autres formations. Elles monopolisent les trophées d’étape, et ne semblent pas enclines à laisser leur part aux autres lions de la meute.

Depuis le coup d’envoi de l’édition 2022 du Supersevens, la Section paloise et Monaco n’ont connu qu’une seule défaite chacune, et ont à chaque fois rallié la finale, s’imposant comme les deux meilleures attaques (31,25 et 26,75 points marqués par match en moyenne) et défenses (12,75 et 9,25 points encaissés par match en moyenne) de la compétition.

D’un côté, les Béarnais de Rayne Barka ont roulé sur à peu près tout le monde dans l’enceinte d’Aimé-Giral, lors de la première étape. Après avoir écrasé l’Usap en ouverture (47-0), ils avaient dominé les spécialistes de Bordeaux-Bègles (26-12), avant de cabosser une jeune et surprenante formation bayonnaise en demi-finale (40-12). Ainsi, ils avaient retrouvé le mur monégasque pour s’adjuger la victoire d’étape.

Les partenaires de Johan Demai-Hamecher, eux, s’étaient jusque-là offert un parcours tout aussi fluide, balayant Brive, La Rochelle et le Racing 92, sans jamais être inquiétés, et surtout, sans jamais encaisser le moindre point ! La première mi-temps de la finale avait donné lieu à un affrontement tendu, étriqué, avant que les protégés de Geoffrey Lanne-Petit ne se détachent en seconde période. La victoire était paloise.

Les Baa-Baas peuvent jouer les trouble-fêtes

Le week-end dernier, ce fut grosso modo le même scénario. Les hommes en rouge se sont baladés à Deflandre, n’ayant aucune pitié pour les Toulousains (40-7), Bordelo-béglais (34-19) et autres Parisiens (31-7), avant de prendre leur revanche sur des Palois encore une fois finalistes (26-12), pour une troisième victoire d’étape en quasiment un an. Un partout, balle au centre, entre joueurs du Rocher et du Béarn. Et les cotes pour un nouveau remake du côté du Hameau ne sont pas franchement élevées…

Sur les deux week-ends de compétition disputés jusqu’alors, seuls les Baa-Baas ont semblé en mesure de faire trébucher l’un des deux épouvantails. C’était à La Rochelle, lors d’une demi-finale à spectacle contre la Section paloise, où le sort du match s’était décidé dans les ultimes secondes de jeu (33-28). Alors peut-être… En tout cas, à part la bande à Nicolas Le Roux, on voit mal qui pourrait faire chuter Monaco et ses stars du circuit (Afrika, Del Mestre…), ou même les professionnels de la Section (Barka, Tuimaba…), deux groupes qui avaient déjà tout raflé en étapes la saison passée.

Décevant samedi, le Racing ne semble pas aussi armé et souverain que lors des premières éditions. Puis, les jeunots de l’Aviron - comme ceux du Stade français - manquent probablement un peu d’expérience sur le circuit septiste. Sur un match, pourquoi pas l’Union Bordeaux-Bègles, formation accoutumée aux joutes du Sevens, et qui n’a pas encore assuré sa place pour le tournoi final à Nanterre… Quoi qu’il en soit, l’important sera avant tout d’être au rendez-vous le 19 novembre prochain. Plusieurs équipes ont déjà validé leur ticket pour l’Arena. Reste à connaître l’identité des autres qualifiés, qui seront au nombre de huit. Réponse ce samedi, du côté de Pau.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Dorian VIDAL
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?