Rugby Championship - Australie : Laurie Fischer en pompier de service

  • Laurie Fischer a été appelé au chevet des Wallabies.
    Laurie Fischer a été appelé au chevet des Wallabies. Icon Sport
Publié le

Les Wallabies ne sont pas spécialement sereins, c’est le moins qu’on puisse dire. Ils ont fait appel à Laurie Fischer, des Brumbies, pour secourir un pack trop faiblard ces derniers temps.

Les Wallabies ne la ramènent pas trop en ce moment. La petite déroute subie à San Juan des mains des Pumas est passée par là (48-17) et il leur faut désormais recevoir les champions du monde sud-africain à Adelaïde, capitale provinciale rarement visitée par le rugby international. Ils ont fait en plus un changement dans leur staff. le spécialiste de la défense Matt Taylor est parti officiellement « pour raisons personnelles ». Il n’en a pas dit plus, mais les 48 points encaissés ne lui ont pas rendu service, c’est une certitude.

Puis, en trois jours, Dave Rennie a fait venir Laurie Fischer au chevet des Wallabies. Il ne s’agit pas d’un remplacement poste pour poste et plus Fischer n’a été embauché que sur une base temporaire jusqu’à la fin du Rugby Championship. Il reste sous contrat avec les Brumbies. Mais cette arrivée ressemble un peu à un appel au secours pour éviter une humiliation.

Roi des ballons portés

Laurie Fischer est une figure du rugby australien par son apparence déjà : ses longs cheveux gris et son bob. Il était depuis 2018 l’entraîneur des Brumbies, chargé des avants. Il est considéré comme le façonneur de ce pack de Canberra qui a fait des ballons-portés une fameuse spécialité. On rappelle qu’il était déjà entraîneur adjoint des Brumbies en 2004 quand ils brandirent le Super Rugby en 2004.

Il est un peu à rebours du cliché du coach australien, roi des mouvements offensifs millimétrés. Laurie Fischer sait s’occuper des fondamentaux. Il a même connu une expérience européenne : au Munster, puis à Gloucester comme manager entre 2014 et 2017.

On peut imaginer que Dave Rennie compte sur lui pour densifier un paquet d’avants qui a fait naufrage à San Juan et qui se prépare à retrouver les champions du Monde Sud-Africains de Duane Vermeulen et de Eben Etzebeth.

« Laurie va amener son savoir et son expérience. Elles seront bénéficiaires à notre groupe avant les quatre matchs extrêmement difficiles qui nous attendent d’ici la fin du Championship » a commenté Dave Rennie. Il est vrai que le moral n’est pas au zénith chez les Australiens actuellement. Beaucoup craignent un bilan à cinq défaites en six matchs.

Sur l’Ile continent, on parle aussi beaucoup de la question du demi d’ouverture. Le pays connaît un vrai creux générationnel à ce poste. Entre 24 et 32 ans, c’est le vide sidéral. Quade Cooper, vu comme un vétéran, à 34 ans s’est rompu le tendon d’Achille. Et Rennie manifestement sous la pression a rappelé Bernard Foley, 32 ans qui n’a plus revêtu le maillot orangé depuis 2019 (il s’était exilé au Japon chez les Kubota Spears).

Rennie a essayé en Argentine un autre « cheval de retour », James O’Connor, 32 ans, qui n’a pas vraiment brillé. Reste Noah Lolesio, que tout le monde attendait à San Juan mais que bizarrement, Rennie avait laissé sur le banc. Pour Adelaïde, il a changé son fusil d’épaule.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?