Pro D2 - Mathieu Bonnot (Rouen) : « Nous sommes en avance sur l’an dernier »

  • Le capitaine rouennais estime que les capacités de franchissement de son équipe se sont révélées plus rapidement que la saison dernière.
    Le capitaine rouennais estime que les capacités de franchissement de son équipe se sont révélées plus rapidement que la saison dernière. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le capitaine rouennais estime que les capacités de franchissement de son équipe se sont révélées plus rapidement que la saison dernière.

Quel bilan tirez-vous de ce match ?

Il comptera pour la suite de la saison. Une victoire à l’extérieur pour commencer, c’est un lancement tellement parfait. Et notre première demi-heure a été de très grande qualité. Mais nous nous sommes délités par la suite. Massy joue beaucoup et nous a mis en difficulté. Nous avons tout de même montré quelques manquements en touche, et des manquements en défense aussi.

Alors que vous sortiez d’une saison difficile, avec une fin de championnat au couteau, ce premier succès vous lance sur de belles bases. Êtes-vous soulagé ?

Je suis content, pas soulagé. Après une grosse préparation, nous nous sommes payés avec une belle victoire. C’est très satisfaisant. Mais l’an dernier, on avait entamé la saison plutôt bien aussi, avec un très beau premier bloc, et derrière, la suite avait été plus compliquée. Nous savons que ce démarrage n’est pas forcément représentatif de ce que sera l’ensemble de la saison.

Dans quels domaines votre équipe vous a-t-elle le plus étonné ?

Les lancements sur mêlées ont été très bons. Nous avons bénéficié aussi d’une mêlée très conquérante. Derrière, on a réussi à gagner des duels et breaker plusieurs fois, avec Benito et Taylor notamment. Nous avons réussi à trouver des espaces. Cette faculté à franchir avait pris beaucoup de temps et de réglages la saison dernière. Je pense qu’on est un peu en avance sur la saison dernière. On va essayer de garder tout cela, qui est très bon, et de corriger tout le reste, en avançant petit à petit.

A contrario, quels manquements vous ont le plus contrarié ?

Nos fautes en défense sur les ballons portés ont été trop nombreuses. Nous en commettons sept ou huit, et nous prenons trois cartons là-dessus. C’est à corriger immédiatement, dès la semaine prochaine. On ne peut pas à la fois faire de bonnes choses, puis prendre la pression parce que nous commettons trois fautes de suite. C’est trop d’inconstance.

De l’extérieur, vous avez semblé déjà maîtriser parfaitement vos intentions. Avez-vous ressenti cela sur le terrain également ?

De la maîtrise, oui, mais un peu de chance aussi. Quand le ballon retombe sur Paul Surano et qu’il va marquer de façon très opportuniste, ce qui nous permet de distancer Massy définitivement, la maîtrise n’y est pas pour grand-chose non plus…

À titre personnel, vous avez joué sept saisons à Massy, des cadets jusqu’en senior. Cela faisait combien de temps que vous n’étiez pas revenu au stade Ladoumègue ?

J’étais venu voir leur demi-finale retour contre Albi au mois de juin, mais en tant que joueur, je n’étais pas revenu avec une autre équipe depuis mon départ en 2016. Je dois dire que ce match à Massy était un moment très important pour moi. C’était assez symbolique de tout ce qui s’est passé ici. Je m’y suis formé, et en même temps, je n’avais pas été conservé après notre échec contre Vannes en demi-finale de Fédérale 1. J’avais eu un peu les boules. Non pas que la décision était injuste. Tous les talonneurs conservés étaient très talentueux, dont Youri Delhommel. Mais c’est toujours dur à encaisser quand ton club formateur ne te conserve pas. J’ai toujours un attachement très fort à ce club, mais je suis vraiment content aussi d’en partir avec une victoire.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Guillaume Cyprien
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?