Pro D2 - Un retour tout feu tout flamme pour Soyaux-Angoulême

  • Mené de 13 points à 25 minutes de la fin du match, le promu a su trouver les ressources pour renverser Vannes (31-30). Au terme d’un final haletant, ponctué par la transformation de Botica.
    Mené de 13 points à 25 minutes de la fin du match, le promu a su trouver les ressources pour renverser Vannes (31-30). Au terme d’un final haletant, ponctué par la transformation de Botica. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Mené de 13 points à 25 minutes de la fin du match, le promu a su trouver les ressources pour renverser Vannes (31-30). Au terme d’un final haletant, ponctué par la transformation de Botica.

Pour son retour en Pro D2, Soyaux-Angoulême se rêvait de vibrer à nouveau aux folles soirées d’avant descente en Nationale. Réellement privé de Pro D2 depuis une saison, mais en réalité plus en raison de la crise sanitaire, période où le public a longtemps dû renoncer à se rendre dans les stades. Pour son retour au deuxième échelon du rugby français, le stade Chanzy a pu exulter, au terme d’un scénario fou qui renforce encore le lien entre les 4 000 supporters présents et une formation de Soyaux-Angoulême qui compte sur ce nouvel exercice pour définitivement tirer le rideau sur deux saisons de galère.

Une fin de match palpitante

Pour sa première apparition en match officiel sous la tunique violette, c’est Jason Botica qui a délivré tout un peuple grâce à la transformation de la gagne, passée à quelques secondes du terme de la rencontre. C’est comme un symbole que l’ouvreur néo-zélandais a botté, le long de la touche, juste devant les supporters vannetais qui avaient fait le déplacement. Et celui qui arrive en provenance de Rennes n’a pas réellement eu le temps de douter, puisque la tribune de Chanzy, convaincu que ce ballon prenait la bonne trajectoire a hurlé sa joie avant même qu’il ne trouve la cible. Un coup de pied qui vient parachever une folle soirée, et un essai aplati dans l’euphorie par Lestremau, après un éclair de génie au pied de Botica et une remise instantanée de Martins en bout de ligne. Soyaux-Angoulême s’impose 31-30 pour sa première. Plus encore que le résultat, c’est l’état d’esprit de ses joueurs que tient à souligner Vincent Etcheto, le manager du SA XV : « Cette victoire est importante, il fallait que l’on se rassure. Ce que j’ai dit aux joueurs, c’est que même si on n’avait pas gagné, même si la transformation était passée à côté, la réaction m’a plu. Ils savent que l’on n’a rien lâché et que l’on est encore très perfectible, c’est pour ça que les 4 points comptent vraiment ».

Les Vannetais en revanche peuvent nourrir des regrets. Après une entame d’exercice cauchemardesque la saison dernière qu’il a traîné comme un boulet toute la saison, Vannes débarquait en Charente avec détermination. Franchissement, vitesse, solidité, pragmatisme les Vannetais ont coché toutes les cases pour s’offrir un match référence à l’extérieur, mais seulement durant cinquante minutes, avant de payer cash ses erreurs : « On perd dans ce money time qu’Angoulême est allé se chercher. Ils ont souvent été derrière au score, mais ils s’imposent. Notre indiscipline et notre manque de maîtrise coûtent cher , affirme Jean-Noël Spitzer, manager du RCV.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Dorian BERCHENY
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?