Saga Montpellier : jeunesse, vitesse et polyvalence

  • Louis Carbonel est l'un des symboles du nouveau Montpellier.
    Louis Carbonel est l'un des symboles du nouveau Montpellier. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Arrières > Le taulier au poste se nomme Anthony Bouthier. Auteur d’une excellente saison dernière, et ce malgré un temps de jeu gargantuesque, l’arrière reste le numéro un. Il sera accompagné par Julien Tisseron, auteur, lui aussi d’une belle saison et de l’international Vincent Rattez qui, comme Tisseron, peut évoluer à l’aile. Le jeune international des moins de 20 ans Axel Bevia sera à l’affût pour augmenter son temps de jeu.

Ailiers > En recrutant Ben Lam, le MHR a trouvé l’ailier puissant qu’il cherchait. Un profil qui a parfois manqué l’année dernière avec l’échec de Josua Vici et le replacement en troisième ligne ou au centre de Masivesi Dakuwaqa. L’ex-Girondin devrait s’inviter dans le XV de départ, où il sera en concurrence avec les polyvalents Vincent Rattez et Julien Tisseron, ainsi qu’avec le spécialiste Gabriel N’Gandebe, auteur d’une belle deuxième partie de saison dernière. Mais l’autre numéro un au poste pourrait bien être le Tricolore Arthur Vincent. C’est d’ailleurs à ce poste qu’il a été sacré champion de France, ainsi qu’en raison de l’embouteillage formé au centre du terrain par Doumayrou, Serfontein, et possiblement Garbisi l’année prochaine.

Centres > Comme on vient de le dire, le MHR ne manque pas de sacrés clients au centre du terrain : entre le Sud-africain Jan Serfontein et les internationaux français Geoffrey Doumayrou et Arthur Vincent, les Cistes sont sacrément équipés. Et ce n’est pas tout. Derrière, le MHR a d’autres valeurs sûres du Top 14, comme Yvan Reilhac (septième saison au club), Thomas Darmon qui peut jouer ouvreur, arrière, et qui bute à longue distance, ainsi que l’ex-Catalan Pierre Lucas, qui a donné satisfaction l’année dernière.

Ouvreurs > Jeunesse, talent, et concurrence à ce poste avec l’international italien Paolo Garbisi, champion de France, qui a vu débarquer un autre international, français cette fois, en la personne de Louis Carbonel. Qui sera le patron ? La question reste entière. De ce que l’on a compris, Garbisi pourrait aussi évoluer de temps en temps au centre… Cela laissera un peu de place au très jeune et talentueux Louis Foursans (20 ans seulement), auteur d’une excellente saison dernière. Comme on l’a dit plus haut, Darmon peut aussi évoluer à ce poste.

Demi de mêlée > Benoît Paillaugue parti à Toulon et Martin Doan prêté à Mont-de-Marsan, le poste sera partagé entre le Sud-africain Cobus Reinach, le Géorgien Gela Aprasidze et la très prometteuse recrue Léo Coly, en provenance du Stade montois. Reinach ne reviendra qu’au terme du Rugby Championship, ce qui laisse une longueur d’avance à Coly et Aprasidze qui seront rapidement mis à contribution. Le MHR pourra aussi s’appuyer sur le jeune et talentueux Aubin Eymeri qui, malgré son jeune âge, a très bien tenu son rang la saison dernière. Foursans peut également dépanner au poste.

Numéros 8 > Le king au MHR (ainsi qu’en Top 14) s’appelle Zach Mercer. L’Anglais a été de tous les combats du MHR l’année dernière, et a montré une impressionnante constance. Gêné par quelques blessures la saison passées Marco Tauleigne est également un vrai spécialiste et peut apporter sa puissance. L’international français Alexandre Bécognée peut aussi y évoluer, tout comme la recrue Clément Doumenc.

Troisième ligne aile > Malgré l’arrêt de Ouedraogo et le départ de Galletier à l’Usap, le MHR reste très fourni au poste. On trouve déjà le capitaine de la saison passée, l’irréprochable Yacouba Camara. Il a souvent fait équipe avec Alexandre Bécognée, très utilisé et auteur d’une saison pleine. Parfois utilisé au poste de centre lors de l’exercice passé, le Fidjien Masivesi Dakuwaqa devrait davantage jouer devant. Comme il l’avait fait il y a deux ans pour Bécognée, le MHR est allé chercher un joueur à fort potentiel en Pro D2 : l’ex-capitaine de Carcassonne, Clément Doumenc, qui découvre le Top 14 avec appétit et ambition. Les deuxième ligne Nicolaas Janse Van Rensburg et Florian Verhaeghe peuvent également très facilement évoluer sur le côté fermé de la mêlée, afin d’offrir une option supplémentaire en touche.

Deuxième ligne > À gauche, le MHR possède deux cadors avec Florian Verhaeghe et Nicolaas Janse Van Rensburg. Le premier a signé une telle saison dernière que l’on peut dire qu’il a figuré parmi les meilleurs deuxième ligne du Top 14. À droite, Montpellier va bientôt retrouver son colosse, le deuxième ligne du XV de France Paul Willemse qui devrait reprendre la compétition dans quelques semaines après s’être remis d’une rupture des ligaments croisés du genou. Ce retard n’inquiète pas outre-mesure le staff du MHR, qui pourra compter sur Bastien Chalureau. Auteur d’une saison fracassante, il est revenu de congés en pleine forme. Le jeune Canadien Tyler Duguid (21 ans) pourra encore engranger du temps de jeu, et poursuivre son apprentissage pour sa troisième année à Montpellier.

Piliers > Le MHR est particulièrement bien fourni en première ligne. À gauche, il possède la particularité de compter trois joueurs français : il s’agit de Grégory Fichten, d’Enzo Forletta et de la recrue briviste Simon-Pierre Chauvac. Les deux premiers vont se concurrencer pour la place de numéro un, tandis que l’ex-Corrézien va devoir faire ses preuves pour s’inviter dans la rotation d’un pack bien fourni. À droite, le pilier du XV de France Mohamed Haouas sera en concurrence avec la recrue néo-zélandaise Karl Tu’inukuafe qui arrivera au début du mois d’octobre. Deux autres poids lourds seront en renfort : on veut parler de Henry Thomas et Titi Lamositele, déjà bien connus dans le Top 14 et sacrés champions de France l’année dernière. À noter également que Tu’inukuafe et Lamositele sont parfaitement polyvalents, ce qui offre de nombreuses possibilités au staff. Enfin, rappelons que les jeunes Arroyo (23 ans) et Rodgers (21 ans) ont été respectivement prêtés à Béziers et à Aurillac.

Talonneurs > Guilhem Guirado ayant pris sa retraite, l’ex-Wallaby Brandon Paenga-Amosa semble être le candidat tout désigné pour devenir le numéro un au poste. Puissant en mêlée fermée et excellent lanceur, l’Australien a fait une très bonne première saison dans l’Hérault. Le départ de Guirado devrait également offrir du temps de jeu à Jérémie Maurouard et Vincent Giudicelli, auteurs de belles apparitions la saison dernière. Au vu de la longueur de la saison, le jeune sud-africain Ru-Hann Greyling sera peut-être plus sollicité cette année.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Simon VALZER
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?