Top 14 - Les 350 coups de « Riton »

  • Cette première journée sera aussi l’occasion pour Henry Chavancy de fêter son 350e match avec son club de toujours
    Cette première journée sera aussi l’occasion pour Henry Chavancy de fêter son 350e match avec son club de toujours Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Cette première journée sera aussi l’occasion pour Henry Chavancy de fêter son 350e match avec son club de toujours. ça valait bien un coup de projecteur.

Si Gaël Fickou ne s’était pas blessé lors du dernier match amical contre Brive, peut-être n’aurait-il pas débuté la rencontre. Mais Henry Chavancy sera bien sur la pelouse de la Paris-La Défense-Arena au coup d’envoi de cette première journée de Top 14. Un mini-événement pour le trois-quarts centre, véritable figure tutélaire du club francilien. Et pour cause. Chavancy disputera, ce samedi contre Castres, son 350e match sous les couleurs de son club de toujours. « C’est effectivement ce qu’on m’a dit, dit-il modestement. J’avoue ne pas trop prêter attention aux chiffres, mais il y a forcément un peu de fierté. »

L’aventure commencée en 2008 avec le groupe professionnel, alors en Pro D2, dure depuis seize longues saisons. Ses premières foulées, c’étaient contre Aurillac, large victoire à la clé (46-0). « Il y a eu du chemin parcouru depuis, sourit-il presque gêné de l’attention qu’on lui porte. Mais j’ai aimé chacune des périodes vécues avec le Racing. Ce club a su évoluer au fil du temps et mon attachement s’est développé au fur et à mesure des étapes franchies. » Chavancy a toujours affiché la même fierté, le même plaisir, le même engagement.

Moins de temps de jeu, toujours plus d’investissement

Des pelouses cabossées de Colombes avec vue sur le vieux stade olympique Yves-du-Manoir et ses vestiaires désuets jusqu’au centre d’entraînement de la Croix de Berny, en passant par « le fin fond du Pro D2 » dans le plus grand anonymat pour finalement disputer trois finales de Champions Cup et remporter un Bouclier de Brennus en 2016, « Riton » a tout connu avec le club des Hauts-de-Seine. À tel point qu’il en est devenu l’incarnation. Sous contrat jusqu’en juin 2024, il sait qu’il n’a plus le rayonnement sportif de ses jeunes années. La concurrence s’est accrue. « Il faut en avoir conscience et rester lucide, dit-il. C’est la vie d’un sportif de haut niveau dont la fin de carrière approche, il faut l’accepter. D’autant plus que je suis entouré de joueurs extraordinaires. Maintenant, je suis un compétiteur, j’ai envie de jouer le plus possible. » Mais Chavancy n’est pas un joueur comme les autres. Pas le genre à voir le verre à moitié vide, à faire la gueule parce qu’il est remplaçant ou dans les tribunes. Qu’il soit sur le terrain ou non, l’équipe prime. « Quand je ne joue pas, je sais que j’ai un rôle à jouer auprès de mes partenaires pour atteindre nos objectifs.  Et il l’a dit, son objectif, c’est encore de gagner des titres. Ça tombe bien, ça démarre ce samedi.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?