Atcher mis à pied, Colette aux manettes

  • Claude Atcher.
    Claude Atcher. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le timing a ceci de facétieux que la mise à pied conservatoire de Claude Atcher, décidée et annoncée lundi dernier par la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra, s’inscrit dans un calendrier particulièrement dense.

L’ouverture du procès « Altrad-FFR » se fera ce mercredi, où Claude Atcher est également cité à comparaître pour des chefs d’accusations satellites (notamment liés à sa société Score XV, voir page 33). Et, pour compléter le programme, le J-365 qui interviendra donc jeudi, le lendemain, avec une certaine discrétion, éclipsé par les actualités du front politico-judiciaire. Pourtant, dans ce tumulte, l’organisation de la Coupe du monde doit poursuivre son chemin. Si les temps de passage sont jusqu’ici largement respectés, de nombreux chantiers sont encore ouverts. À commencer par la billetterie, qui ouvrira bientôt une séquence importante : le 13 septembre, les billets pour assister aux 48 rencontres de la Coupe du monde seront mis en vente pour la première fois à l’unité. Un enjeu central, quand on sait que ladite billetterie doit assurer presque la moitié des recettes du Mondial français.

 

World Rugby investit l’opérationnel

Pour piloter ces chantiers, Claude Atcher ne sera donc plus aux affaires, au moins pour un temps. Mis à pied à titre conservatoire, il pourrait être définitivement écarté d’ici à la fin du mois de septembre. Le temps du respect des délais de procédure. Le temps, aussi, de laisser s’écouler le temps du procès. Qui pour le remplacer ? Julien Collette va assurer l’intérim. Ancien directeur délégué de la FFR (octobre 2018 à janvier 2022) sous la présidence de Bernard Laporte, il avait occupé le même poste à la tête de l’AccorHotels Arena. Promu à la direction du GIP France 2023 pour un mois, il pourrait être prolongé dans ces fonctions s’il donne satisfaction. Dans la conduite de ses missions, il sera accompagné par Martine Nemecek, actuelle directrice du Tournoi et qui devrait être promue au poste de directrice adjointe. Jacques Rivoal, déjà en place, conserve la présidence mais devrait se rapprocher de l’opérationnel. Autre nouveauté enclenchée par la suspension de Claude Atcher, et par effet domino : World Rugby retrouve du poids dans le processus organisationnel du Mondial, avec l’entrée au sein du GIP de Britannique Alan Gilpin, par ailleurs directeur général de l’institution suprême. Cantonné au rôle d’observateur depuis le lancement de #France2023, World Rugby aura désormais plus qu’un droit de regard : il participera aux échanges et aux prises de décisions opérationnelles. Et la FFR perd, ainsi, un peu de sa mainmise sur « sa » Coupe du monde.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?