Coupe du Monde - Les prétendants : l’Argentine revient fort Le Japon garde le cap

  • Certes battue séchement ce week-end, l’Argentine a tout de même réussi l’exploit de dominer les All Blacks chez eux.
    Certes battue séchement ce week-end, l’Argentine a tout de même réussi l’exploit de dominer les All Blacks chez eux. Dave Lintott / Icon Sport - Dave Lintott / Icon Sport
Publié le , mis à jour

On a du mal à les imaginer champions du monde. Mais ils rêvent au moins de faire un quart de finale après un exploit en poule.

Au moment où nous écrivons ces lignes. l’Argentine peut encore mathématiquement gagner le Tournoi sudiste des quatre nations. Les Pumas ont gagné pour la première fois en Nouvelle-Zélande, et ils ont battu une fois sur deux les Wallabies en marquant 48 points. Les Argentins avaient été éliminés en Poule en perdant d’entrée face aux Français en 2019. Mais on les sent plus que capable de retrouver les quarts de finale en 2023, d’autant plus qu’ils seront dans une poule abordable en compagnie de l’Angleterre… et du Japon. Justement le Japon, il fut l’invité surprise des quarts de finale en 2019 (après avoir triomphé de l’Ecosse et de l’Irlande en poule, excusez du peu). L’opposition que les Asiatiques ont fournie à la France en juillet dernier nous a montré que cette équipe avait franchi un cap. Elle avait en plus souffert des effets de la Pandémie de Covid 19.

Elle a beaucoup moins joué que les grandes nations, seulement huit matchs en deux ans et demi contre par exemple 25 pour les Français avant les tests de juillet. Franchement, on n’imagine pas cette équipe refaire en France, le coup de 2019. Elle devra tout donner face aux Pumas lors du dernier match de poule prévu le 8 octobre à Nantes. L’Écosse a joué plusieurs quarts de finale dans son histoire. Elle a manqué le coche en 2019, et elle va se retrouver dans une poule difficile. Le XV du Chardon ne parait pas de taille a priori à battre ou l’Afrique du Sud ou l’Irlande dans le contexte d’une Coupe du Monde. Ça ne veut pas dire que les Ecossais sont médiocres. Ils ont battu deux fois consécutivement les Anglais dans le Tournoi, ils étaient venus gagner en France en 2021. Mais la constance n’est pas leur fort. On suppose qu’ils vivront leur duel contre l’Irlande le 7 octobre à Saint-Denis comme une finale avant la lettre.

 

Un renouveau pour les nations du pacifique ?

Le cas des nations du Pacifique sera très intéressant. Elles pourraient bénéficier de l’assouplissement des règlements de World Rugby et récupérer des joueurs autrefois sélectionnés par des mastodontes plus fortunés (Nouvelle-Zélande, Australie, Angleterre). Les Fidji pourraient récupérer l’ancien Anglais Nathan Hugues. Les Tongiens comptent sur Israel Folau, Charles Piutau et Malakai Fekitoa qui ont brillé avec l’Australie et la NouvelleZélande. Côté samoa, on a évoquéles noms de Pita Ahki et Lima Sopoaga. On ne peut exclure un exploit de ces nations riches en talent, mais déshéritées. Les Fidji ont par deux fois joué des quarts de finale, en 1987 et en 2007. Le potentiel de ses joueurs est tel qu’on se prend à rêver

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?