Le Stade français avec ses meilleures recrues

  • Pour ce premier match de la saison Habel-Kuffner a marqué les esprits.
    Pour ce premier match de la saison Habel-Kuffner a marqué les esprits. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Pour s’imposer face à l’ASMClermont-Auvergne (24-18), le Stade français a pu compter sur quelques-unes de ses recrues estivales, ces dernières répondant parfaitement au cahier des charges fixé par la direction du club.

Evidemment, il n’aura échappé à personne que Morgan Parra n’arborait pas son traditionnel maillot jaune de l’ASM samedi à l’instant de pénétrer sur la pelouse du Stade Jean-Bouin. « Ça fait bizarre de le voir en rose », a d’ailleurs souri son ancien partenaire Arthur Iturria. À 33 ans et 71 sélections avec les Bleus, l’ancien international s’est révélé être la tête d’affiche d’un recrutement plus ciblé que clinquant. Le Stade français, en manque cruel de caractère la saison dernière, avait besoin de joueurs susceptibles d’apporter ce supplément d’âme.

Samedi, certains d’entre-eux ont déjà montré les effets positifs d’une transformation en cours. D’abord, Parra a fait du Parra. Dans le jeu, il a animé sa zone de jeu comme il sait si bien le faire, créant parfois de l’incertitude dans le premier rideau clermontois. Sur l’action de 80 mètres menant à l’essai signé Naivalu, il est intervenu à deux reprises, bien à-propos (28e). Ensuite, il s’est montré égal à lui-même, haranguant ses partenaires, tapant sur les fesses de Pesenti jusqu’à les faire bien rougir pour que ce dernier se sortent d’un ruck, parlant juste ce qu’il faut avec l’arbitre. « C’est le genre de neuf que j’aime bien avoir, a d’ailleurs dit l’ancien deuxième ligne du Racing 92. Il dit les chose et ça fait du bien de l’avoir dans nos rangs ». « Quand on a vu qu’on commençait contre Clermont, on ne pensait pas le faire jouer, a confessé le manager Gonzalo Quesada. Mais il a gagné sa place. J’avais pourtant un petit doute, pensant qu’il était peut-être un peu en mode fin de carrière. Et j’ai été très étonné de sa préparation. Dès le début, il a pris la parole et a gagné le respect du vestiaire. On ne pouvait que le mettre sur le terrain. » Pour une première franchement réussie, malgré un coup reçu en fin de rencontre (lire par-ailleurs).

Habel-Kuffner, un vrai soldat rose de la tête aux pieds

Mais Parra n’est pas la seule bonne pioche aperçue samedi à Jean-Bouin. Giovanni Habel-Kuffner, première recrue à avoir donné son accord aux dirigeants parisiens dès septembre 2021, n’a pas été en retard à ce premier rendez-vous. Au contraire. L’ancien Palois a répondu aux attentes. L’an passé, le club de la capitale souffrait d’une absence d’un joueur de fort tonnage capable de porter le ballon et de jouer dans l’avancée.
Face à Clermont, Habel-Kuffner a constamment gagné ses collisions. C’est d’ailleurs lui qui a débloqué la situation en début de seconde période, s’extirpant d’un ballon porté pour mettre Alivereti Raka sur le cul (rien que ça) et emporter Sébastien Bézy et Judicaël Cancoriet dans l’en-but (15-6, 44e). Bref, impossible de le rater sur cette rencontre. Et pas uniquement, vous l’aurez compris, parce qu’il avait décidé de se teindre les cheveux en rose. « Je n’ai pas tout suivi mais je crois que c’était un pari qu’il avait fait, a raconté le capitaine Paul Gabrillagues. Il l’a fait et quand tu l’assumes comme lui, c’est beau. Parce que, ce qui est impressionnant, c’est que derrière il te sort LE match. »
Dans un registre plus discret, mais pas moins efficace, Baptiste Pesenti et Mickaël Ivaldi n’ont pas non plus raté leur première sortie en rose. Ces deux-là, recrutés pour leur expérience et leur goût prononcé pour le combat, ont œuvré dans l’ombre des rucks. Avec une franche réussite. Le staff technique attendait d’eux qu’ils montrent un autre chemin que celui trop souvent aperçu l’an dernier. Pour l’heure, la direction semble bonne.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?